Marchionne : "Le plafonnement des budgets ne peut pas fonctionner"

partages
commentaires
Marchionne :
Pablo Elizalde
Par : Pablo Elizalde
Co-auteur: Franco Nugnes
22 déc. 2016 à 11:03

Alors que la question revient à l'ordre du jour, Sergio Marchionne ne croit pas aux vertus d'un plafonnement des budgets en F1 pour réduire les coûts.

Sergio Marchionne, président de Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Conférence de presse : Sergio Marchionne, President Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari teste les pneus Pirelli 2017
Kimi Raikkonen, Ferrari teste les pneus Pirelli 2017

L'idée d'imposer des budgets plafonnés en F1 a refait surface il y a quelques jours, alors que le nouveau propriétaire américain de la discipline, Liberty Media, prévoit de se pencher sérieusement sur le sujet. Dans l'optique de la réduction des coûts et pour assurer la survie des petites équipes, tout en resserrant les écarts de performance, le principe de budgets capés a plusieurs fois été mis sur la table, notamment par la FIA, mais le projet s'est toujours soldé par un échec.

En 2009, on se souvient que Ferrari et Red Bull avaient clairement menacé de quitter la Formule 1 si une telle mesure était mise en place. Aujourd'hui, le discours s'est visiblement assoupli dans les rangs de la Scuderia, puisque le président de Ferrari, Sergio Marchionne, admet que la réduction des coûts doit être traitée. Cependant, il ne croit pas à la possibilité d'instaurer des plafonds de budgets et souhaite une approche différente. 

"Les interventions faites jusqu'à présent, des restrictions de coût des unités de puissance à la réduction du nombre d'heures passées en soufflerie, ont été totalement inefficaces", assure Marchionne. "La réalité, c'est que la Formule 1 est un sport extrêmement coûteux. Il y a des équipes d'usine comme Renault et Mercedes, de grandes compagnies qui se concentrent sur le développement de manière plus large, et cela devient très dangereux pour les coûts."

"Je reconnais l'objectif de réduire les coûts, mais il dépend davantage de la manière dont nous nous adaptons à ces demandes. Je ne crois pas qu'un plafonnement des budgets puisse fonctionner. Le problème est que, avec les restrictions, nous finirons par travailler dans des domaines très limités pour rendre la voiture compétitive." 

Aucune économie en dix ans

Historiquement, Ferrari est l'une des écuries dépensant le plus en F1, et Marchionne précise que l'équipe italienne n'a pas économisé d'argent malgré les initiatives récentes visant à réduire les coûts. Preuve qu'il faut revoir la manière de placer des restrictions ?

"Quand je regarde les bilans de ce que nous avons dépensé ces dix dernières années, et même encore avant, j'en déduis que Ferrari ne s'est jamais retenu de dépenser de l'argent", explique-t-il. "Est-ce que le budget a été bien ou mal utilisé, je ne sais pas. En dépit de toutes ces interventions de la FIA pour essayer de limiter les coûts, elles [les équipes] ont trouvé d'autres moyens de dépenser de l'argent."

"C'est un vieux problème pour tous ceux qui essaient d'imposer des limites sur le développement de la voiture : si des domaines restent ouverts, les dépenses se concentrent dans ceux-ci. Si je prends les quatre ou cinq dernières années, nous n'avons pas économisé le moindre euro. Nous avons simplement réparti nos dépenses dans d'autres domaines. Le principe est noble, mais il n'apporte pas les résultats nécessaires." 

Avec Franco Nugnes et Roberto Chinchero

Article suivant
Renault pourrait conclure un accord décisif avec BP

Article précédent

Renault pourrait conclure un accord décisif avec BP

Article suivant

Giovinazzi - L'intérêt de Ferrari est "une grande surprise"

Giovinazzi - L'intérêt de Ferrari est "une grande surprise"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen Boutique , Sebastian Vettel Boutique
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Pablo Elizalde
Type d'article Actualités