Massa - Les choses ont changé après l’accident de Bianchi

Si la question de la sécurité des pilotes et des commissaires de piste a fait l’objet de nombreux débats depuis l’accident de Jules Bianchi, survenu à Suzuka en octobre dernier, certains acteurs de la Formule 1 estiment aujourd’hui que des décisions allant dans le bon sens été prises depuis par la FIA.

C’est le cas de Felipe Massa, qui témoigne ce jeudi des changements qui ont été effectués depuis le 5 octobre 2014.

"Beaucoup de choses ont changé après cet accident," expliquait ainsi le pilote Williams lors de la conférence de presse des pilotes. "La F1 avait déjà beaucoup changé après l’accident de Senna, les voitures sont désormais très sûres. Il faut bien sûr continuer à travailler sur les monoplaces, et sur tout le reste également."

"Mais ce qui est arrivé au Japon, je ne peux pas l’accepter… C’est différent. Une auto s’est encastrée dans un tracteur. C’était un week-end très étrange : le typhon, les gens qui demandaient à ce que la course se dispute à une heure différée… C’était très particulier."

"Les choses ont changé après ce week-end. Jamais ce qui s’est produit n’aurait dû arriver. Heureusement, de nouvelles règles ont été mises en place au sujet des sorties de piste, de la voiture de sécurité virtuelle, de la fréquence de son intervention,…"

Des cockpits fermés? Pourquoi pas

Et Massa d’affirmer, logiquement, qu’il ne souhaite plus jamais voir arriver ce genre d’accident. Interrogé sur l’éventualité d’introduire des cockpits fermés en Formule 1, le Brésilien explique qu’il ne s’y opposerait pas.

"Jules n’est malheureusement plus là, et le plus important est que cela ne se produise plus. Tant de choses ont changé à cause d’accidents… On ne veut juste pas revoir ça."

"S’il est possible de faire progresser la sécurité à ce sujet, alors je ne suis pas contre l’idée des cockpits fermés."

A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Felipe Massa
Équipes Williams
Type d'article Actualités
Tags accident, cockpits fermés, felipe massa, jules bianchi, mesures, sécurité, williams