Max Verstappen est-il prêt pour rejoindre un top team ?

Max Verstappen est parfois annoncé comme l'un des plus grands talents en Formule 1, passé ou présent. Mais serait-il prêt à aller dans une équipe de pointe dès 2017 ?

Max Verstappen est-il prêt pour rejoindre un top team ?
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11 devant son équipier Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso lors de la conférence de presse de la FIA
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team W07, Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16, Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11 et Jenson Button, McLaren MP4-31
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11

Max Verstappen est un pilote qui a cassé les codes au lieu de les suivre à chaque étape de sa brillante carrière. Son accession à la Formule 1 depuis la F3 a poussé la FIA a mettre en place de nouveaux critères d'obtention de la Super Licence, même si à aucun moment il n'y avait de doute sur son talent extraordinaire. 

En fait, son impact en F1 a été tel que les spéculations de la saison des transferts l'ont déjà placé chez Ferrari, Mercedes et Red Bull pour 2017 et au-delà. Mais, malgré les louanges, les résultats et le battage médiatique autour de lui, un homme pense que Verstappen n'est peut-être pas prêt pour un saut précoce dans la hiérarchie : il s'agit de son patron, Franz Tost.

Un plan sur trois ans

Le directeur de Toro Rosso sait une ou deux choses concernant la progression de la carrière des jeunes pilotes, après avoir joué un rôle clé dans le développement de Sebastian Vettel, Daniel Ricciardo et Daniil Kvyat. Et son expérience lui fait dire qu'il faut au moins trois ans pour que les pilotes soient capables de se familiariser avec le monde de la F1 avant d'être prêts à produire le genre de résultats que les top teams exigent.

Quand il lui est demandé s'il sent que Verstappen est prêt pour rejoindre une écurie de pointe en 2017, Tost déclare à Motorsport.com "Je ne sais pas encore. Une fois de plus, j'ai seulement dit qu'un pilote avait normalement besoin de trois saisons pour comprendre la Formule 1. S'ils sont prêts à passer dans une autre équipe, c'est entre leurs mains."

Piloter est facile

La perspective de Tost sur Verstappen est fascinante, car son argumentation n'est pas basée sur ce que le Néerlandais produit en piste, mais comment il gère le travail en dehors. Pour Tost, la partie pilotage est la plus naturelle pour les jeunes pilotes, car c'est quelque chose qu'ils ont travaillé depuis le karting.

"En Formule 1, ce que les pilotes sous-estiment parfois, ce n'est pas seulement le pilotage. Je dirais que le pilotage, pour cette jeune génération, est la partie la plus simple. Pourquoi ? Parce que la plupart d'entre eux courent depuis plus de 10 ans, parce qu'ils commencent quand ils ont quatre ou cinq ans. Donc cela signifie que du point de vue du pilotage, ce n'est pas un problème. Ils s'adaptent à cela très rapidement."

"C'est un petit peu plus difficile avec les qualifications. Parce que pour faire des qualifications optimales, il faut savoir exactement à quel angle passer sur les vibreurs, à quel point utiliser les vibreurs, où se trouve la meilleure adhérence globale, ce que fait le soleil et ainsi de suite. Cela, on peut le dire au pilote cent fois, mais il doit l'expérimenter."

"Ensuite, les courses aussi. Il faut expérimenter la manière d'utiliser les pneus. Ce n'est pas facile. C'est vraiment difficile. Ça demande beaucoup de discipline. On peut dire cent fois au pilote : dans le virage 7, tu dois faire attention à ton pneu avant droit ou quoi que ce soit. Bien. Mais ensuite il va en piste, il baisse sa visière et il court, parce qu'il veut rattraper la voiture devant lui, et puis il sur-pilote. Et cela prend du temps. C'est le pilotage."

Le flux de travail

Là où Tost pense que le challenge d'apprendre le succès en F1 se présente est quand il faut composer avec la façon de tirer le meilleur de toute l'équipe. Tost ajoute : "Ce qui est bien plus compliqué en Formule 1 est tout ce qui est autour. Vous avez cinq, six, sept ingénieurs qui travaillent pour vous."

"Il y a l'ingénieur données. Il y a l'ingénieur châssis. Il y a l'ingénieur moteur. Il y a l'ingénieur de l'unité de puissance. Il y a l'ingénieur pneu. Pour obtenir le meilleur de cela, il faut obtenir des informations de chaque côté. Comment peut-on les obtenir pour les optimiser pour leur usage ? Parce que tous les pilotes sont différents. Cela prend du temps."

"Ensuite, il y a le marketing, il y a la presse. Et tout cela ensemble. Et donc, je dis toujours : il est très, très important qu'à 14 heures le dimanche les pilotes soient toujours frais dans leur tête. Qu'ils ne soient pas fatigués. Nous devons vraiment faire attention à cela."

"En conséquence, nous disons toujours : les événements marketing devraient être les lundi, mardi, mercredi. Puis les grosses conférences de presse devraient être les lundi, mardi, mercredi, jeudi un peu moins, vendredi moins et ensuite samedi et dimanche ils peuvent récupérer et ils sont prêts pour la course. Parce que, sinon, le dimanche quand les feux s'éteignent, ils sont fatigués. C'est pourquoi la Formule 1 n'est pas si facile. Le pilotage en lui-même n'est pas le plus gros problème."

Les émotions

Un incident a mis en lumière un aspect où Verstappen peut encore apprendre et progresser, celui des communications radio en Australie. Il a fait part de sa fureur auprès de l'équipe concernant ses choix stratégiques lors de la seconde moitié de course, un comportement pour lequel il s'est excusé par la suite.

Pour Tost, qui a connu la colère de nombreux jeunes pilotes au fil des années, ce qui s'est passé en Australie était tout sauf extraordinaire, mais seulement un signe que Verstappen n'a pas appris à contenir ses émotions quand il pilote.

"Les émotions ne sont pas négatives, ça montre juste à quel point il prend cela au sérieux", explique-t-il. "Dans la voiture, il faut parfois garder ses émotions sous contrôle parce que sinon on perd de la concentration. En Formule 1 particulièrement, il y a un très haut niveau de concentration nécessaire, il faut simplement se garder sous contrôle émotionnellement." 

La preuve de la position de Tost selon laquelle les émotions se mettent en travers du chemin de la concentration a été apportée quand Verstappen a touché l'arrière de la monoplace de son équipier Carlos Sainz, endommageant son aileron avant dans la manœuvre.

"Vous savez, si vous êtes énervé et que vous parlez à la radio, évidemment vous êtes concentré sur quelque chose de différent, pas seulement sur le pilotage", affirme-t-il. "Mais une fois de plus, ça fait partie du processus d'apprentissage."

"Pourquoi je dis toujours qu'un pilote a besoin de trois ans pour comprendre la Formule ?  Pour tous les pilotes avec lesquels j'ai travaillé, c'était la même période. Ils sont émotifs et puis ils arrivent avec [ces émotions], et c'est OK. Mais cela ne devrait pas être dans la voiture, ça devrait être après."

"Mais c'est normal. Il n'y absolument rien de mal. Pour moi, c'est une partie du processus d'éducation. On ne peut pas s'attendre à ce que tout soit simple, surtout en Formule 1 avec beaucoup de pression et de concurrence. Ce n'est pas possible, en tout cas c'est mon opinion."

Et, alors qu'avoir un talent sublime dans une voiture qui joue la victoire est un rêve, si une équipe a besoin d'améliorer une voiture qui n'est pas performante, un pilote inexpérimenté - quelle que soit sa vitesse - peut ne pas être idéal.

"Si vous prenez place dans une voiture fantastique, pas de problème", ajoute Tost. "Si vous prenez place dans une voiture qui est peut-être un peu plus difficile à piloter, plus difficile à régler, alors évidemment plus expérimenté il est, plus il est facile de compenser les déficiences. Donc, il est trop tôt pour penser et parler de cela."

La décision du pilote

Tost sait que la décision finale sur Verstappen ne dépendra pas seulement de lui, car cela va impliquer les plans des deux pilotes Red Bull, et ce que le jeune pilote lui-même veut. "Je dis toujours : arriver en Formule 1 est une étape, mais ensuite le pilote a cela entre ses mains. Et il décide de son avenir. Le travail de l'équipe est de lui fournir les meilleurs ingrédients possibles, pour qu'il puisse faire le meilleur travail possible. Et ensuite, il décide. C'est toujours le pilote."

Tous les yeux seront fixés sur la manière dont la campagne 2016 de Verstappen se déroule, et s'il sent que la prochaine grosse étape doit être passée directement ou s'il pense qu'il est mieux de ne pas se précipiter pour finir son apprentissage. "L'année prochaine, il aura déjà deux saisons avec nous", ajoute Tost. "J'espère au moins qu'il a beaucoup appris, et le reste, ensuite, nous verrons."

partages
commentaires
Renault recrute un jeune pilote chinois en karting

Article précédent

Renault recrute un jeune pilote chinois en karting

Article suivant

Force India juge l'approche de Haas F1 "discutable"

Force India juge l'approche de Haas F1 "discutable"
Charger les commentaires
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021