Formule 1
29 août
-
01 sept.
Événement terminé
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
4 jours
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
25 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
38 jours

Avec Mercedes, McLaren n'aura "nulle part où se cacher"

partages
commentaires
Avec Mercedes, McLaren n'aura "nulle part où se cacher"
Par :
8 oct. 2019 à 09:26

McLaren voulait un moteur Mercedes en Formule 1 pour n'avoir "nulle part où se cacher" et pouvoir progresser dans sa quête visant à redevenir une équipe de pointe.

Durant le Grand Prix de Russie, McLaren et Mercedes ont annoncé qu'ils renouvelleraient leur partenariat en 2021, au terme de l'accord actuel entre l'équipe britannique et Renault. Cela marquera la fin de six saisons de Formule 1 sans moteur Mercedes pour McLaren, une période durant laquelle elle a glissé en bas du classement, tandis que l'équipe Mercedes a gagné tous les titres pilotes et constructeurs disponibles.

Lire aussi :

"Ma tâche est d'être en charge de l'équipe de F1 et de rassembler, aussi vite que possible, tous les éléments que je pense requis pour retrouver le succès dans le futur", a expliqué Andreas Seidl, le directeur de l'équipe. "Cela inclut les choses organisationnelles, les infrastructures comme la soufflerie, et le choix d'un motoriste est très important."

"Mercedes est clairement la référence de l'ère hybride, en termes de moteur, et c'est l'une des raisons pour lesquelles nous voulions prendre cette décision. En tant qu'équipe, avec ce moteur, Mercedes est clairement la référence de la F1 aujourd'hui. Le mieux est d'avoir le même moteur que la meilleure équipe du paddock actuellement. On n'aura nulle part où nous cacher."

Quand McLaren se préparait à la séparation avec Mercedes au terme de l'exercice 2014, le directeur de l'équipe du moment, Ron Dennis, avait dit que l'ère des V6 turbo hybrides était trop complexe pour qu'une équipe cliente puisse battre un constructeur. Mais Seidl n'a "absolument aucune crainte" sur le fait que McLaren "obtienne le même traitement" que l'équipe officielle Mercedes. Il est aussi confiant quant au fait que choisir un motoriste 18 mois à l'avance ne soit pas un risque, car le règlement 2021 ne changera rien du côté du moteur.

Lire aussi :

"Quand le règlement reste le même sur le plan de l'unité de puissance, il y a une convergence entre les constructeurs", poursuit Seidl. "Nous voyons déjà qu'ils sont tous très proches, ce qui est bon pour nous en tant qu'équipe indépendante, de ne pas avoir notre propre moteur. Mais je pense que tout ce que Mercedes a montré lors des cinq ou six dernières années, en termes d'implication, en termes de qualité et de fiabilité, nous a convaincus qu'il s'agit de la meilleure décision pour 2021 et après."

Depuis qu'il a rejoint McLaren en tant que directeur d'équipe en mai, Seidl a pris deux décisions capitales : bâtir une nouvelle soufflerie et signer un accord avec Mercedes. Le PDG de McLaren, Zak Brown, a confirmé que l'Allemand était la personne en charge de la décision ayant mené l'équipe à un nouvel accord avec Mercedes, et celui-ci se félicite de la liberté qui lui est donnée. 

"Une décision comme celle-ci amène de nombreuses discussions et de la communication avec les parties impliquées", continue Seidl. "J'ai beaucoup de discussions jour après jour avec Zak, au sujet de la manière dont il veut envisager l'avenir, mais au final c'était une décision assez simple. Je suis heureux d'avoir ce soutien de Zak et des actionnaires, afin de mettre ma vision d'avenir en place."

Article suivant
Haas doit se "remuer les méninges" pour compenser les pertes à venir

Article précédent

Haas doit se "remuer les méninges" pour compenser les pertes à venir

Article suivant

La FIA et la FIM vont collaborer pour améliorer la sécurité

La FIA et la FIM vont collaborer pour améliorer la sécurité
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes McLaren Boutique , Mercedes Boutique
Auteur Scott Mitchell