Avec Mercedes, McLaren n'aura "nulle part où se cacher"

McLaren voulait un moteur Mercedes en Formule 1 pour n'avoir "nulle part où se cacher" et pouvoir progresser dans sa quête visant à redevenir une équipe de pointe.

Avec Mercedes, McLaren n'aura "nulle part où se cacher"
Charger le lecteur audio

Durant le Grand Prix de Russie, McLaren et Mercedes ont annoncé qu'ils renouvelleraient leur partenariat en 2021, au terme de l'accord actuel entre l'équipe britannique et Renault. Cela marquera la fin de six saisons de Formule 1 sans moteur Mercedes pour McLaren, une période durant laquelle elle a glissé en bas du classement, tandis que l'équipe Mercedes a gagné tous les titres pilotes et constructeurs disponibles.

Lire aussi :

"Ma tâche est d'être en charge de l'équipe de F1 et de rassembler, aussi vite que possible, tous les éléments que je pense requis pour retrouver le succès dans le futur", a expliqué Andreas Seidl, le directeur de l'équipe. "Cela inclut les choses organisationnelles, les infrastructures comme la soufflerie, et le choix d'un motoriste est très important."

"Mercedes est clairement la référence de l'ère hybride, en termes de moteur, et c'est l'une des raisons pour lesquelles nous voulions prendre cette décision. En tant qu'équipe, avec ce moteur, Mercedes est clairement la référence de la F1 aujourd'hui. Le mieux est d'avoir le même moteur que la meilleure équipe du paddock actuellement. On n'aura nulle part où nous cacher."

Quand McLaren se préparait à la séparation avec Mercedes au terme de l'exercice 2014, le directeur de l'équipe du moment, Ron Dennis, avait dit que l'ère des V6 turbo hybrides était trop complexe pour qu'une équipe cliente puisse battre un constructeur. Mais Seidl n'a "absolument aucune crainte" sur le fait que McLaren "obtienne le même traitement" que l'équipe officielle Mercedes. Il est aussi confiant quant au fait que choisir un motoriste 18 mois à l'avance ne soit pas un risque, car le règlement 2021 ne changera rien du côté du moteur.

Lire aussi :

"Quand le règlement reste le même sur le plan de l'unité de puissance, il y a une convergence entre les constructeurs", poursuit Seidl. "Nous voyons déjà qu'ils sont tous très proches, ce qui est bon pour nous en tant qu'équipe indépendante, de ne pas avoir notre propre moteur. Mais je pense que tout ce que Mercedes a montré lors des cinq ou six dernières années, en termes d'implication, en termes de qualité et de fiabilité, nous a convaincus qu'il s'agit de la meilleure décision pour 2021 et après."

Depuis qu'il a rejoint McLaren en tant que directeur d'équipe en mai, Seidl a pris deux décisions capitales : bâtir une nouvelle soufflerie et signer un accord avec Mercedes. Le PDG de McLaren, Zak Brown, a confirmé que l'Allemand était la personne en charge de la décision ayant mené l'équipe à un nouvel accord avec Mercedes, et celui-ci se félicite de la liberté qui lui est donnée. 

"Une décision comme celle-ci amène de nombreuses discussions et de la communication avec les parties impliquées", continue Seidl. "J'ai beaucoup de discussions jour après jour avec Zak, au sujet de la manière dont il veut envisager l'avenir, mais au final c'était une décision assez simple. Je suis heureux d'avoir ce soutien de Zak et des actionnaires, afin de mettre ma vision d'avenir en place."

partages
commentaires
Haas doit se "remuer les méninges" pour compenser les pertes à venir
Article précédent

Haas doit se "remuer les méninges" pour compenser les pertes à venir

Article suivant

La FIA et la FIM vont collaborer pour améliorer la sécurité

La FIA et la FIM vont collaborer pour améliorer la sécurité
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021