Un "chocolat-gate" et des "grincheux" : McLaren serre les rangs

partages
commentaires
Un
Par : Basile Davoine
23 juin 2018 à 10:35

Cibles de critiques qui vont crescendo, venant de l'extérieur comme de l'intérieur, les dirigeants de l'écurie McLaren dédramatisent et veulent plutôt saisir l'opportunité de créer un électrochoc.

Fernando Alonso, McLaren MCL33
Eric Boullier, directeur de la compétition de McLaren, parle avec Zak Brown, directeur exécutif du McLaren Technology Group, sur le muret des stands McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Eric Boullier, directeur de la compétition, McLaren, and Zak Brown, directeur exécutif, McLaren Technology Group
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Éric Boullier, directeur de la compétition de McLaren lors de la course de radeaux
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Cyril Abiteboul, directeur général Renault Sport F1 et Éric Boullier, directeur de la compétition de McLaren
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33
Eric Boullier, directeur de la compétition, McLaren, tandis que Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09, passe
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren MCL33, sort large
Fernando Alonso, McLaren MCL33

Après l'apparition de critiques dans les médias britanniques en fin de semaine, et même de témoignages anonymes de membres de l'écurie McLaren dans les colonnes du Daily Mail mettant en cause les méthodes de leur direction, Éric Boullier est monté au créneau pour défendre à la fois sa situation personnelle mais également l'ensemble de son staff. 

À la tête de McLaren en F1 depuis 2014, le Français juge inévitable d'être confronté à des insatisfaits au sein de sa structure, qui plus est dans une longue période sans résultats probants, mais il reste déterminé à inverser la tendance pour l'avenir.

"Nous sommes 800 personnes, nous avons beaucoup de soutien du personnel et de l'ingénierie", insiste Boullier. "Je pense qu'il s'agit de quelques personnes grincheuses, et d'une certaine manière, ça pourrait être bon pour nous, car nous avons eu beaucoup de feedback, du bon retour d'informations. Il y a eu des histoires de 'Chocolat-gate' dans les médias, c'était amusant à lire."

"Encore une fois, c'est bien car nous avons reçu des tonnes de mails de gens qui disaient que c'était une blague. Il y a peut-être quelques personnes grincheuses, comme dans toute entreprise, il y a des gens d'accord ou en désaccord. Nous ne savons pas quel est le problème de ces gens, et je crois que nous les avons invités à venir nous voir pour regarder quel est le souci plutôt que de parler derrière une porte."

Brown pas inquiet

Dimanche dernier, le Mail on Sunday a affirmé que certains membres de l'écurie souhaitaient un retour de Martin Whitmarsh, leur ancien patron, tandis que le Daily Mail a pour sa part donné la parole à des employés se sentant méprisés parce que récompensés à coups de barres chocolatées… Une publication qui, du point de vue de Zak Brown, pourrait finalement avoir l'effet d'un électrochoc.

"Les gens chez McLaren n'ont jamais autant travaillé, et je pense que l'article de [vendredi] matin les a mis en colère, vous auriez vu les messages que l'on a reçus", lance le PDG de McLaren au micro de Sky Sports. "Cela ne va pas nous affecter, on va continuer de pousser. Je pense que dans toutes les grandes compagnies on a des gens qui ne sont pas heureux, mais ça ne m'inquiète pas."

"On a eu beaucoup de pression depuis quelques années donc je ne pense pas qu'un week-end spécifique a fait cela, je pense que ces choses vont et viennent, l'histoire des barres chocolatées était un peu bête, on va continuer d'attaquer, et on aura d'autres week-ends difficiles ! On voulait faire mieux, la saison n'est même pas encore à la moitié, la dernière fois que l'on a terminé mieux que cinquièmes était en 2012 et maintenant je pense que l'on est bien parti pour finir quatrièmes, donc on pourrait avoir notre meilleure saison en cinq ans, c'est du progrès."

Boullier ne démissionnera pas

Excluant toute démission, et convenant également du manque de performance de McLaren par rapport aux objectifs fixés en début de saison, Éric Boullier a tout de même défendu le bilan des derniers mois. Depuis le passage au moteur Renault, l'écurie de Woking n'a plus l'excuse du manque de fiabilité et de performance qu'elle endurait avec Honda, et le châssis MCL33 déçoit mais il doit servir de base pour préparer des jours meilleurs.

"La voiture de cette année ne fonctionne évidemment pas exactement comme nous le voulions, mais nous utilisons toujours ça comme quelque chose d'expérimental, notamment [vendredi] matin avec de nouvelles pièces", explique Boullier. "Nous voulons apprendre de cette voiture, apprendre aussi comment travailler avec Renault, car c'est un partenaire différent de l'année dernière, donc il y a de nouvelles choses à apprendre, des options techniques que nous n'avons pas encore explorées."

Article suivant
Hartley partira du fond de grille au Paul Ricard

Article précédent

Hartley partira du fond de grille au Paul Ricard

Article suivant

EL3 - Bottas avant que la pluie ne noie le Paul Ricard

EL3 - Bottas avant que la pluie ne noie le Paul Ricard
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes McLaren Boutique
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités