McLaren : Notre choix de pneus est mauvais mais "délibéré"

partages
commentaires
McLaren : Notre choix de pneus est mauvais mais
Par : Benjamin Vinel
6 oct. 2018 à 16:36

L'écurie McLaren avait-elle laissé passer la date limite fixée par Pirelli pour choisir ses pneus en vue du Grand Prix du Japon ? Son directeur sportif Gil de Ferran met les points sur les i.

Lorsque Pirelli a dévoilé les sélections pneumatiques des écuries pour le Grand Prix du Japon, plus d'un observateur a haussé les sourcils en découvrant le choix de McLaren, drastiquement opposé à celui de la concurrence. Tandis que toutes les autres équipes ont choisi de recevoir sept à dix trains de supertendres pour l'ensemble du week-end – le composé le plus tendre faisant généralement recette –, l'écurie britannique disposait d'une répartition parfaitement équilibrée avec quatre trains de pneus mediums, cinq de tendres et quatre de supertendres pour chacun de ses pilotes.

Par conséquent, seul Stoffel Vandoorne a testé les gommes à bandes rouges en essais libres, Fernando Alonso abordant les qualifications après avoir utilisé uniquement les mediums et les tendres lors des quatre heures d'essais, et les deux MCL33 se retrouvent 18e et 19e sur la grille, éliminées dès la Q1.

Lire aussi :

Le bruit court que McLaren avait laissé passer la date limite pour choisir les pneus Pirelli, d'où une sélection neutre qui lui aurait été octroyée par le manufacturier italien, mais selon les responsables de l'équipe, cette information est erronée.

"Plus tôt cette année, notre voiture semblait mieux fonctionner avec des composés plus durs ; particulièrement sur ce type de tracé avec des forces g très élevées et des virages qui s'enchaînent, cela semblait être un choix plus convenable", indique Gil de Ferran, directeur sportif. "Très franchement, on dirait que nous nous sommes trompés. Nous avons passé tout le week-end à composer avec le choix imparfait que nous avons fait. Et c'est tout. C'était une sélection délibérée. J'ai lu que nous avions oublié de faire le choix et donc obtenu un choix par défaut de Pirelli, mais ce n'est pas vrai."

Fernando Alonso, McLaren MCL33

Fernando Alonso, McLaren MCL33

Photo de: Jerry Andre / Sutton Images

Gil de Ferran, directeur, McLaren, en conférence de presse

Gil de Ferran, directeur, McLaren, en conférence de presse

Photo de: Andy Hone / LAT Images

"J'assume la pleine responsabilité de cette situation", ajoute De Ferran, qui n'avait pourtant pas officiellement pris ses fonctions chez McLaren au moment de choisir les pneumatiques pour le Grand Prix du Japon. "Si je ne m'abuse, la décision a été prise fin juin. Quoi qu'il en soit, l'important est d'admettre notre erreur. Nous ne pouvons pas avoir toujours raison. Nous aspirons à être meilleurs. Faire de meilleures analyses. Prendre de meilleures décisions. Quand nous avons pris celle-ci, c'était la meilleure décision qui soit avec ce que nous croyions être les bonnes informations. Depuis, nous en avons eu de nouvelles, et avec le recul, on se dit qu'on aurait sûrement pris une décision différente."

Dans un contexte où Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne déplorent le manque d'évolutions depuis Barcelone sur la MCL33, McLaren est en grande difficulté et n'a marqué que dix points depuis le Grand Prix d'Allemagne – seul Williams fait pire.

Propos recueillis par Scott Mitchell

Prochain article Formule 1
Red Bull : La panne de Ricciardo "ne devrait pas arriver à ce niveau"

Article précédent

Red Bull : La panne de Ricciardo "ne devrait pas arriver à ce niveau"

Article suivant

Pirelli dévoile les stratégies pour le GP du Japon

Pirelli dévoile les stratégies pour le GP du Japon
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Japon
Catégorie Qualifications
Équipes McLaren Boutique
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités