McLaren : Courir aux Etats-Unis est primordial

Le patron de McLaren Mercedes, Martin Whitmarsh, ainsi que les pilotes de l’écurie, Jenson Button et Lewis Hamilton, sont très enthousiastes quant à la venue de la Formule 1 aux Etats-Unis, sur le circuit d’Austin, au Texas

Le patron de McLaren Mercedes, Martin Whitmarsh, ainsi que les pilotes de l’écurie, Jenson Button et Lewis Hamilton, sont très enthousiastes quant à la venue de la Formule 1 aux Etats-Unis, sur le circuit d’Austin, au Texas.

Cela fait plusieurs années désormais que le F1 Circus ne s’arrête plus dans la contrée de l’Oncle Sam, mais pour Martin Whitmarsh, c’est une nécessité de s’y rendre : “L'Amérique n'a pas besoin de la Formule 1. S'y rendre avec cette humilité est important. Par le passé, tout n'a pas été rose - on se souvient du fiasco pneumatique à Indianapolis en 2005.”

“Notre présence n'a pas été très constante, c'est pourquoi nous devons honorer un programme de cinq ans au moins de bout en bout, donner envie aux gens d'assister à la course. Il ne faut donc pas s'attendre à ce que dès la première année, notre simple présence attire les foules, et ensuite faire des conclusions hâtives. Nous devons fournir le travail le plus acharné jamais fourni pour conquérir ce marché”, affirme-t-il.

Contrairement à l’Europe, qui identifie la Formule 1 comme le pinacle du sport automobile, les Etats-Unis disposent d’ores et déjà d’une culture du sport automobile développée, avec la NASCAR et l’IndyCar qui figurent très bien. Des disciplines qui ne bénéficient pas d’une popularité colossale en Europe. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de voir les choses, tout est question d’habitude.

C’est la raison précise, selon Whitmarsh, qui justifie que l’effort doit être colossal pour que la Formule 1 attire les supporters outre-Atlantique : “Ce n'est pas pareil en Amérique du Sud, en Asie ou en Europe où vous n'avez qu'à organiser un Grand Prix pour attirer les gens, car la communauté de fans est déjà développée dans ces zones. En Amérique, c'est différent car de nombreux sports sont déjà bien implantés, donc de nombreux autres divertissements que la Formule 1 y sont proposés ! Cela dit, la fascination pour la course automobile là-bas est colossale.”

Un constat partagé par les pilotes, qu’il s’agisse de Jenson Button ou Lewis Hamilton. Le premier précise ainsi l’importance de revenir aux Etats-Unis : “C'est sympa de revenir aux Etats-Unis, d'autant plus sur un circuit spécifiquement adapté à la Formule 1”, analyse-t-il. “La ville d'Austin est assez jeune, nous avons besoin de cela car nous devons attirer un public de nouveaux jeunes fans - c'est l'objectif.” Quant à Hamilton, l’expérience du circuit d’Austin sur le simulateur a fait figure d’un amuse-gueule lui ouvrant l’appétit : “Dans le simulateur, j'ai piloté sur le circuit d'Austin, Heikki, Bruno et moi nous sommes même affrontés ! J'ai passé un bon moment, et la piste semble fantastique. J'ai hâte d'y être ! Sur le simulateur, mon travail avait l'air positif. C'est important de revenir aux Etats-Unis : c'est un marché important pour la Formule 1”, conclut-il. Plus qu’une campagne de communication axée sur l’importance de revenir aux Etats-Unis, la vision de McLaren va de pair avec leur vision globale du sport, qui doit se réinventer et conquérir de nouvelles cibles pour préparer l'avenir. Cela transparaît par ailleurs dans la série d’animation Tooned, sur laquelle McLaren communique même sur sa monoplace, à en juger l’aileron arrière de la MP4/27.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button , Lewis Hamilton , Martin Whitmarsh
Équipes McLaren , Mercedes
Type d'article Actualités