Comment le GP de France 2022 a initié la renaissance de McLaren

Zak Brown estime que l'impressionnant bond en avant réalisé par McLaren l'an passé trouve sa source dans un Grand Prix de France décevant en 2022.

Lando Norris, McLaren MCL36

McLaren a été l'une des surprises de la saison 2023, des nouveautés apparues en milieu de saison ayant fait de Lando Norris et Oscar Piastri, jusque-là distancés, des prétendants réguliers au podium. Cette progression s'est inscrite dans le cadre d'un remaniement du management l'hiver précédent, Andrea Stella ayant été nommé directeur après le départ d'Andreas Seidl pour Sauber.

Lire aussi :

Selon Zak Brown, qui a contribué à ces changements à la tête de McLaren, la source de ce renversement de situation se trouve dans la saison précédente, quand des nouveautés n'ont pas apporté les résultats espérés au Paul Ricard.

"Pour moi, le gros moment a été le GP de France [2022] quand nous étions en retard avec des nouveautés et qu'elles n'étaient pas efficaces", a expliqué le directeur exécutif de McLaren dans un entretien accordé à Motorsport.com. "La réaction de notre direction n'a pas été celle que j'attendais. C'est aussi à ce moment que l'on commence à développer la voiture [de la saison suivante]."

"C'était un moment important pour moi, et nous avons fait des changements à la fin de l'année. J'ai demandé à Andrea Stella d'analyser ce qu'il se passait et il m'a alerté en disant : 'il faut changer ça, remplacer certaines personnes, recruter certaines personnes', et c'est là que le développement a débuté."

Lando Norris, McLaren MCL36

Lando Norris au GP de France 2022

Les modifications apportées à la McLaren au GP de France 2022 comprenaient des pontons à la forme revue, un plancher redessiné, des changements sur les dérives latérales de l'aileron arrière et des écopes de freins. Au moment de quantifier les gains apportés, Norris restait réservé : "Pas autant que ce dont j'aurais rêvé. Mais je ne pense pas que nous en attendions énormément."

Conscient du besoin de changements plus massifs mais aussi du temps nécessaire avant qu'ils se concrétisent en résultats, Brown a abordé 2023 avec un certain optimiste, tout en sachant que la première version de la monoplace ne serait pas à la hauteur des attentes.

"Nous étions confiants mais avant de mettre [les nouveautés] sur la voiture et que ça fonctionne, [on ne sait jamais]. Je crois que ce qui était bien, c'est que nous savions que nous ne serions pas bons immédiatement, donc je pense que nous aurions été dans une situation plus délicate si nous avions attendu d'être forts sans que ce soit le cas, et nous nous serions posé des questions."

"Ce que j'ai appris, c'est que nous savions où nous étions. Nous n'étions pas au niveau espéré, mais ce n'était pas comme mettre des nouveautés et dire : 'Ce sera bon", sans que ce soit le cas. Donc au moins, nos données étaient précises."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Red Bull officialise la date de présentation de la RB20
Article suivant Steiner : Difficile de rester motivé face au manque d'investissement

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France