McLaren-Honda, des progrès et des souvenirs avant Mexico

partages
commentaires
McLaren-Honda, des progrès et des souvenirs avant Mexico
Par : Fabien Gaillard
28 oct. 2015 à 10:30

L’écurie McLaren-Honda sort d’un Grand Prix des Etats-Unis lui ayant permis de récolter quelques points supplémentaires et aborde le retour au Mexique avec délectation et chargée de souvenir victorieux.

Jenson Button, McLaren MP4-30
Fernando Alonso, McLaren avec Eric Boullier, Directeur de la Compétition McLaren
Jenson Button, McLaren MP4-30
Eric Boullier avec Yasuhisa Arai, McLaren
Jenson Button, McLaren MP4-30
Autodromo Hermanos Rodriguez
Autodromo Hermanos Rodriguez
Fernando Alonso, McLaren MP4-30 et Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM08 en lutte pour une position
Fernando Alonso, McLaren MP4-30
Jenson Button, McLaren MP4-30
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR10 et Fernando Alonso, McLaren MP4-30 en lutte pour une position
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR10 et Fernando Alonso, McLaren MP4-30 en lutte pour une position

A Austin, Jenson Button a terminé en 6e position au terme d’une course très animée pendant que Fernando Alonso, victime d’un accrochage au premier virage et d’un problème moteur en fin de course, n’a pas pu faire mieux que 11e.

Des progrès significatifs

Eric Boullier se satisfait des progrès entrevus aux Etats-Unis, où une évolution moteur et quelques nouveautés sur le plan aérodynamique étaient étrennées : "Evidemment, c’est très positif pour notre équipe, surtout pour la fin de saison, pour garder le moral durant l’hiver. C’est aussi une petite récompense pour tous ceux qui ont travaillé dur," a-t-il expliqué à Motorsport.com.

"L’équipe a fait du bon travail pour saisir la moindre opportunité de revenir où nous devrions être et nous avions des signes, ce week-end, de progrès intéressants pour ce que nous faisons. Nous ne sommes pas encore compétitifs, mais vous pouvez clairement voir qu’il y a des efforts, donc c’est bien."

Il estime qu’il est difficile de savoir dans quelles proportions les améliorations du moteur ou du châssis ont contribué à la bonne forme des MP4-30, même s’il souligne que Button ne disposait pas de l’évolution moteur : "C’est difficile. Au minimum, je pense, tout fonctionne et se traduit en piste, ce qui est important. Jenson était compétitif et il a juste bénéficié des améliorations du châssis, donc c’était assez encourageant." Le Britannique pourrait ne pas disposer de la nouvelle unité de puissance à Mexico non plus.

Les souvenirs victorieux de Mexico

Et justement, Boullier se tourne vers la prochaine épreuve du calendrier, dès ce week-end : "Le Grand Prix du Mexique promet de nombreuses inconnues car nous arrivons sur un nouveau circuit situé à une altitude de 2200 mètres."

Le retour à Mexico permet au directeur de la compétition chez McLaren d’évoquer le glorieux passé de son écurie et de son motoriste : "L’Autodrome des Frères Rodriguez est le théâtre de souvenirs spéciaux pour McLaren et Honda : Richie Ginther a remporté la toute première victoire de Honda en Formule 1 ici en 1965, Denny Hulme a gagné pour McLaren en 1969 et McLaren-Honda a dominé les GP du Mexique en 1988 et 1989, avec Alain Prost et Ayrton Senna respectivement."

"Même si nous avons connu des succès à Mexico par le passé, la pause de 23 ans donne l’impression qu’il s’agit d’un nouveau circuit, ce qui rend toujours un week-end spécial et donne une atmosphère unique, car cette configuration est une inconnue excitante."

Pour le Français, il faudra être prêt rapidement : "Les caractéristiques de ce tracé sont vraiment un défi, et il est important d’être au mieux avec les réglages et la tenue des pneus aussi tôt que possible sur un nouvel asphalte."

Un week-end encore pluvieux?

Côté moteur, Yasuhisa Arai, responsable de Honda, pointe du doigt l’aspect inhabituel de la gestion du turbo : "Le tracé du circuit est nouveau et nous travaillerons tous avec des données fraîchement acquises lors des essais libres. De plus, le turbocompresseur devra travailler plus dur pour maintenir son rendement habituel en raison de l’altitude importante, afin d’amener plus d’air au moteur. La gestion de l’énergie sera aussi difficile, car le circuit consiste en de longues lignes droites et des virages serrés."

Le Japonais se penche aussi sur… les conditions climatiques, qui risquent d'être humides, après un GP des Etats-Unis déjà dantesque à ce niveau-là : "Selon les prévisions météo, la pluie nous suivra d’Austin à Mexico, donc nous devrons utiliser efficacement le temps limité de roulage à notre avantage pour régler la voiture."

Prochain article Formule 1
GP du Mexique - Le programme TV du week-end

Article précédent

GP du Mexique - Le programme TV du week-end

Article suivant

Voiture de Sécurité Virtuelle - Ricciardo demande de la clarté

Voiture de Sécurité Virtuelle - Ricciardo demande de la clarté