McLaren : Liberty Media ne doit pas plier face à Mercedes et Ferrari

partages
commentaires
McLaren : Liberty Media ne doit pas plier face à Mercedes et Ferrari
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
9 févr. 2018 à 08:45

Les propriétaires de la Formule 1, Liberty Media, ont été exhortés par le directeur exécutif de McLaren, Zak Brown, à ne pas céder face à Mercedes et Ferrari concernant les futurs règlements, et à faire ce qui est le mieux pour la discipline.

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08, Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H et Valtteri Bottas, Mercedes-Benz F1 W08
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08
Toto Wolff, directeur exécutif Mercedes AMG F1, et le Dr Dieter Zetsche, PDG de Mercedes Benz
Chase Carey, directeur exécutif du Formula One Group
Zak Brown, Team principal United Autosports

Après ce que Brown voit comme une période "turbulente" de discussions pour poser le cadre des règles de la F1 à partir de 2021, le responsable de McLaren souhaite que Liberty intensifie ses efforts pour parvenir à un accord.

Et même si Ferrari a menacé de quitter la discipline reine en cas de mécontentement au sujet de ce qui sera offert, Zak Brown pense que les propriétaires de la Formule 1 auraient tort d'aller dans le sens des grands constructeurs automobiles.

"Je pense que Liberty doit se concentrer sur ce qui est le mieux pour le championnat et ce qui est le mieux pour les fans", a déclaré l'Américain lors d'un déjeuner avec les médias à Woking ce jeudi. "Si cela veut dire qu'une équipe ou qu'un constructeur ne soutient pas ça, alors ils doivent être préparés à reconnaître qu'ils ne vont pas satisfaire tout le monde."

"Leur concentration doit être sur ce qui est le mieux pour la discipline. Je préférerais perdre une [équipe], la remplacer et avoir dix équipes, plutôt que d'avoir deux ou trois équipes [seulement] dans le championnat."

Quand Motorsport.com lui a demandé s'il y avait pas un danger, en empruntant cette voie, de voir à la fois Ferrari et Mercedes quitter la F1, Brown de répondre : "Je pense que c'est hautement improbable, mais tout est possible. En conséquence, il faut s'appuyer sur un ensemble de règles qui permettent à ceux qui s'intéressent à la discipline de pouvoir y entrer."

"Dans l'inattendue et espérons hautement improbable situation où ils [Mercedes et Ferrari] partiraient, le championnat devra avancer. Je pense que Ferrari est un cas unique parce qu'il s'agit de Ferrari, mais nous avons perdu BMW, nous avons perdu Toyota et nous avons perdu Honda auparavant. Nous avons vu des constructeurs venir et partir de la discipline et elle a toujours survécu."

"Donc il faut écrire des règles pour avancer sur ce qui est le mieux pour la discipline, pas pour ce qui est le mieux pour les constructeurs."

Des discussions rudes

Brown n'a aucun doute sur le fait que les discussions au sujet de la réglementation 2021 – qui vont probablement comprendre un budget capé de 150 millions de dollars (autour de 120 millions d'euros au taux de change actuel) – ne seront pas aisées, c'est pourquoi il espère que ces questions pourront être réglées dès le milieu d'année afin d'éviter de faire du mal à la Formule 1.

"La FIA et Liberty doivent vite se décider afin que l'on puisse avoir un temps de négociations aussi court [que possible], parce qu'elles vont être turbulentes. Plus ça va durer, plus elles vont devenir déstabilisatrices."

"Et, également, pour être pleinement préparé pour 2021, si des nouveaux motoristes et des nouvelles équipes sont sur le point d'arriver, nous savons qu'il faut une paire d'années, donc le temps presse. J'aimerais nous voir parvenir à ce à quoi va ressembler 2021 au milieu de cette saison. Plus tard, les choses deviendraient techniquement difficiles."

Prochain article Formule 1
Kyalami n'a pas les moyens de s'offrir à nouveau la F1

Article précédent

Kyalami n'a pas les moyens de s'offrir à nouveau la F1

Article suivant

Peugeot 908, Pescarolo et Audi en lever de rideau du GP de France

Peugeot 908, Pescarolo et Audi en lever de rideau du GP de France
Load comments

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités