Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
8 jours

McLaren met ses difficultés sur le compte du type de tracé

partages
commentaires
McLaren met ses difficultés sur le compte du type de tracé
Par :
23 oct. 2016 à 13:16

La récente chute de performance de McLaren n’inquiète pas outre-mesure l’écurie britannique, après un Grand Prix du Japon à oublier et une séance de qualifications difficile à Austin.

Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Eric Boullier, directeur de course, McLaren, sur le muret des stands avec l'équipe McLaren
Fernando Alonso, McLaren MP4-31

Quelques courses auparavant, l’équipe de Woking commençait à accéder régulièrement à la Q3 et à marquer des points, mais la dynamique a pris du plomb dans l’aile depuis deux semaines.

Sur le Circuit des Amériques, Jenson Button a été éliminé dès la Q1 après une erreur de timing et un trafic conséquent à gérer en piste, tandis que Fernando Alonso n’a pas pu faire mieux que 12e. Tout espoir de marquer des points n’est pas perdu, et la situation ne préoccupe pas plus que de raison le management de l’équipe. Pour Éric Boullier, les difficultés rencontrées par McLaren sont, comme à Suzuka, liées au type de circuit sur lequel évoluent les monoplaces

"Je crois que c’est seulement dû au tracé", estime le directeur de course de McLaren. "Sur certains circuits nous serons plus forts, sur d’autres nous serons un peu plus en retrait. Et nous croyons aussi que, si nous faisons une comparaison avec les concurrents, on peut voir que c’est très, très serré en milieu de peloton."

De manière générale, la MP4-31 se montre particulièrement habile au freinage et dans les enchaînements du premier secteur, où sa bonne aéro fait la différence. En revanche, les longs virages à haute vitesse posent davantage de problèmes. On peut y voir la conséquence d’une combinaison de facteurs, que ce soit sur le plan aérodynamique mais aussi en raison du centre de gravité élevé de l’unité de puissance, dont le poids est plus important que celui des autres motoristes.

"Nous n’étions pas assez rapides pour aller en Q3, et nous avons aussi manqué de rythme", regrette Alonso après les qualifications à Austin. "Ceci étant dit, placer la voiture en neuvième ou dixième position en Q2 mais devoir prendre le départ avec des pneus supertendres usés serait un problème, car d’autres voitures nous rattraperaient facilement après quatre ou cinq tours en raison de la dégradation. Disons donc que la 11e place pour nous aurait été la pole position, et la 12e place le deuxième meilleur résultat possible. Nous partirons en pneus neufs, et nous pourrons attaquer."

"Si nous voulons marquer des points en course, nous devons élever notre niveau et trouver une manière intelligente de courir", conclut l’Espagnol. 

Veste à capuche McLaren-Honda 2016 grise
Veste à capuche McLaren-Honda 2016 grise, sur Motorsport.com
Article suivant
Kvyat a surmonté les épreuves pour convaincre Red Bull

Article précédent

Kvyat a surmonté les épreuves pour convaincre Red Bull

Article suivant

Hamilton, poleman sur 24 circuits différents

Hamilton, poleman sur 24 circuits différents
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP des États-Unis
Lieu Circuit of the Americas
Pilotes Fernando Alonso Boutique
Auteur Basile Davoine