McLaren sous pression avant sa "meilleure chance" de l'année

L'heure de vérité approche pour McLaren-Honda. Après avoir désigné pendant des semaines Singapour comme étant la meilleure occasion de l'année pour briller, la piste livrera son verdict en fin de semaine.

Contrainte de composer avec les énormes faiblesses de l'unité de puissance Honda, l'écurie de Woking mise tout – ou presque – sur le prochain Grand Prix. Encore faudra-t-il que le bloc nippon tienne la distance.

Pour optimiser ses chances, McLaren a sacrifié les deux dernières courses à Spa-Francorchamps puis Monza en écopant de pénalités moteur pour renouveler son stock de composants. Ce qui n'a toutefois pas été suffisant pour éviter en Italie une défaillance à Stoffel Vandoorne. L'équipe attend encore la confirmation de pouvoir réutiliser les pièces le week-end prochain.

"Singapour est l'une des meilleures chances de l'année en ce qui concerne le lien entre notre package et les caractéristiques de ce circuit urbain éreintant", confirme Éric Boullier, directeur de la compétition de McLaren. "Nous avons travaillé dur pour essayer d'éviter des pénalités qui pourraient stopper nos progrès là-bas, et nous espérons que nous ne devrons pas utiliser de nouveaux composants moteur suite à l'abandon de Stoffel à Monza, même si ça doit encore être confirmé officiellement."

Parler un peu plus de la piste…

Pouvoir enfin compter sur un package capable d'entrer à la régulière dans le top 10, c'est ce qu'attend Fernando Alonso. Les dernières semaines ont été pénibles pour le double Champion du monde, qui doit en plus faire face à l'incertitude de son avenir et aux questions incessantes sur le sujet.

"Nous savions que le double rendez-vous de Spa et Monza serait difficile pour nous, mais trois abandons sur quatre possibles, c'était vraiment décevant", regrette le pilote espagnol. "Nous avons quand même affiché un meilleur rythme que prévu, que nous aurions pu convertir en points. La saison européenne est maintenant derrière nous et notre attention se porte sur les courses outre-mer, dernier chapitre de la saison. Singapour est un formidable endroit pour débuter, car c'est l'un des circuits du calendrier qui correspond mieux que les autres à notre package, et qui nous donne une véritable occasion de signer un résultat plus positif."

À Monza, l'actualité des coulisses a davantage fait parler de McLaren que les résultats en piste. La conclusion d'un accord pour obtenir un moteur Renault dès 2018 paraît proche et inéluctable, mais Honda entend tout faire pour bien figurer à Singapour avec l'équipe qui reste encore, pour le moment, son partenaire exclusif en Formule 1. 

"Avec de nombreux virages lents et serrés, le circuit urbain de Marina Bay mise moins sur la puissance et joue davantage sur nos forces, comme nous l'avons vu lors du Grand Prix de Hongrie plus tôt cette saison", insiste Yusuke Hasegawa, directeur du programme F1 de Honda. "L'équilibre général de la voiture entre l'unité de puissance et le châssis sera la clé pour passer un bon week-end. Nos ingénieurs travaillent donc avec acharnement pour préparer le set-up idéal. Nous espérons pouvoir fournir un bon package aux pilotes, de manière à ce qu'ils puissent chasser des points dont nous avons plus que besoin." 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Singapour
Circuit Singapore Street Circuit
Pilotes Fernando Alonso , Stoffel Vandoorne
Équipes McLaren
Type d'article Preview
Tags eric boullier, honda, marina bay, moteur, yusuke hasegawa