McLaren toujours plus proche d'un divorce avec Honda

McLaren se rapproche d'un divorce avec Honda, avant un week-end déterminant de discussions qui vont façonner le marché des motoristes, ainsi que l'avenir de Fernando Alonso en Formule 1.

Après des mois d'incertitude sur ce que McLaren va faire en vue de 2018, il semble désormais que l'équipe de Woking ait finalement perdu patience concernant la capacité de Honda à être performant à court terme.

Les analyses détaillées des gains apportés par la collaboration de Honda avec Ilmor semblent avoir été insuffisantes pour effacer les craintes de McLaren concernant un manque de progrès de la part du motoriste japonais.

Et avec le temps qui commence à manquer concernant la prise d'une décision pour 2018 sur le plan des unités de puissance, surtout avec la pression d'essayer de faire prolonger Alonso, l'attention de McLaren est maintenant focalisée sur le fait de mettre fin à l'ère Honda et de s'assurer la fourniture de moteurs Renault.

Toro Rosso

Il demeure plusieurs obstacles à franchir, impliquant de nombreuses parties, avant qu'un changement ne puisse se produire, ce qui veut dire qu'il n'y a encore aucune garantie que McLaren puisse obtenir ce qu'il souhaite.

Une source suggère, toutefois, que la question n'est pas de savoir si l'équipe va se séparer de Honda, mais plutôt celle de la complexité, ou même du désordre, des choses à faire pour y parvenir.

La façon la plus simple pour McLaren d'atteindre son objectif est de convaincre Honda de se lier avec Toro Rosso pour 2018 et au-delà. Cela libérerait une fourniture moteur de Renault, qui pourrait alors facilement aller vers McLaren.

Motoriser STR ferait sens à de nombreux égards pour Honda, car cela offrirait un boost financier à l'équipe de Faenza, permettrait à la firme japonaise de rester en F1 et aiderait à la future compétitivité de McLaren.

Des discussions concernant un tel scénario ont déjà atteint un stade avancé et sont en cours, malgré le fait qu'elles ont semblé être rompues pendant l'été.

Les démentis de Toro Rosso et Honda, arguant qu'il n'y aurait pas eu de "discussions officielles" sur la question, ont été de façon étonnante balayés par McLaren, l'équipe révélant avoir reçu une demande de fourniture de boîtes de vitesses en cas d'accord.

Cependant, des sources suggèrent que Honda n'est pas particulièrement enclin à aller vers la petite Scuderia, et ne veut pas quitter McLaren. Cela veut dire qu'il y a actuellement une situation de blocage entre McLaren et Honda, aucune des deux parties ne pouvant bouger pour aboutir à une conclusion.

Cependant, le temps presse, et il semble que Toro Rosso ait choisi Monza comme date butoir pour prendre une décision sur 2018. Cela veut dire que McLaren et Honda doivent avancer rapidement et de concert pour que Faenza choisisse le changement.

Rompre le contrat

McLaren ne semblant pas vouloir poursuivre la collaboration avec Honda en 2018, cela signifie que si la situation avec Toro Rosso ne trouve pas de dénouement positif, il y a alors un risque que McLaren ait besoin de rompre son contrat actuel, chose qui pourrait s'avérer très compliquée sur le plan légal.

Cela forcerait également Honda à quitter la F1, chose que les dirigeants de Liberty Media n'ont pas vraiment envie de voir se produire.

Dans le même temps, cela ouvrirait la possibilité d'un scénario où une décision de la FIA dicterait lequel des motoristes restants devra équipier McLaren en 2018. Renault demeure l'option la plus probable dans ce cas de figure, même s'il y a une réticence à passer à quatre clients.

Mais avec les règles qui obligent à ce que les équipes soient assurées d'avoir un moteur, Renault pourrait ne pas avoir d'autre choix que de passer à quatre écuries.

L'avenir d'Alonso

Un changement de fournisseur moteur semble également être la clé pour que McLaren s'assure les services de Fernando Alonso en 2018. L'Espagnol aurait indiqué en privé que si McLaren parvenait à s'offrir un moteur Renault l'an prochain, il resterait à bord.

Les progrès faits autour du châssis – qui l'a aidé à passer Pouhon à fond le week-end dernier – et la nouvelle ère, maintenant que Ron Dennis est parti, encouragent le double Champion du monde à croire en les capacités de l'écurie.

Le seul problème, pour lui, reste l'unité de puissance et, Alonso ayant abandonné tout espoir de voir Honda progresser, son désir de disposer d'un moteur Renault a plus encore donné envie à McLaren de mettre fin à sa relation avec la marque japonaise.

Suite à sa course frustrante en Belgique, Alonso a assez succinctement résumé ce qu'il voulait pour 2018. "Il n'y a seulement besoin que d'un changement", a-t-il lancé.

Actuellement, c'est exactement ce que McLaren tente de faire.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren , Toro Rosso
Type d'article Analyse
Tags honda, renault