Avis de vent contraire pour McLaren au Mugello

Rentrés dans le rang lors des qualifications du Grand Prix de Toscane, les pilotes McLaren déplorent la trop grande sensibilité au vent de leur monoplace.

Avis de vent contraire pour McLaren au Mugello

Très en verve le week-end dernier à Monza, les McLaren apparaissent bien plus en retrait sur le Mugello. Lors des qualifications du Grand Prix de Toscane, samedi après-midi, Lando Norris a même été éliminé en Q2 tandis que son coéquipier Carlos Sainz n'a pu faire mieux que neuvième après son passage en Q3. Les deux pilotes restent bien placés pour marquer des points, mais le niveau de performance est en baisse au point que l'Espagnol parle d'une "mauvaise surprise". Il estime que la MCL35 demeure très dépendante du type de tracé sur lequel elle évolue, et au Mugello, les rafales de vent sont devenues l'ennemi public numéro un de l'écurie britannique.

Lire aussi :

"Ce n'est pas la dernière fois que nous verrons ce genre de différences de performances entre les écuries d'un circuit à l'autre", avance Sainz. "Sur le papier, nous pensions que ce circuit serait bon pour nous. Avant le week-end, nous pensions que ces virages allaient nous convenir, mais le milieu de grille vous réserve toujours des surprises. Et c'est une mauvaise surprise. Mais nous sommes restés concentrés et nous avons réussi à beaucoup améliorer la voiture avant les qualifications. Nous devons donc aussi être satisfaits et fiers de ne pas avoir trop perdu la tête."

"C'est la même chose depuis mon arrivée chez McLaren en 2019 : notre voiture est très sensible au vent de dos dans les virages. Et elle est très bonne quand il y a du vent de face. Il y a deux aspects à ça. Quand on est dans l'aspiration, il y a beaucoup plus de vent de dos, il y en a dans chaque virage. C'est pourquoi dans des endroits comme Monza, nous essayions de ne pas aller dans l'aspiration de nos concurrents. Nous avons découvert que ça générait du vent arrière sur notre voiture et nous n'aimons pas la manière dont elle y réagit. C'est quelque chose que nous analysons, que nous tentons d'améliorer et de comprendre. Pourquoi ces effets apparaissent-ils et pourquoi en souffrons-nous davantage ? L'aspiration entraîne du vent arrière, et nous ne sommes pas bons avec le vent de dos, comme nous l'avons vu au Mugello dans beaucoup des virages du premier et du deuxième secteur."

Lando Norris, McLaren MCL35

La monoplace orange semble cumuler les mauvais points sur le tracé toscan, car Lando Norris estime également que l'asphalte du Mugello explique partiellement les difficultés rencontrées tout au long du week-end. "Il y a le vent et le tarmac", estime le Britannique. "Je pense qu'il y a ces deux facteurs. Principalement le vent, ce n'est pas l'un de nos points forts, c'est même une de nos faiblesses, et il y en a eu ces deux derniers jours. C'est probablement l'un des plus gros facteurs dans nos difficultés et dans nos erreurs."

La problématique de la sensibilité au vent est confirmée par Andreas Seidl. "C'est clairement quelque chose dont nous sommes conscients en ce qui concerne les faiblesses de notre voiture depuis l'an dernier, comme Carlos l'a dit", précise le directeur de McLaren. "Et c'est quelque chose sur quoi James [Key] et le département aéro redoublent d'efforts, tout simplement en essayant de réduire la sensibilité via des développements continus que nous apportons sur la monoplace."

partages
commentaires
Duels en qualifications : le point après le GP de Toscane
Article précédent

Duels en qualifications : le point après le GP de Toscane

Article suivant

Ticket d'entrée à 200 M$ : le gage de sérieux d'une nouvelle équipe ?

Ticket d'entrée à 200 M$ : le gage de sérieux d'une nouvelle équipe ?
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Formule 1
27 oct. 2021
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021