McLaren a joué la sécurité avec Norris en fin de course

McLaren a décidé d'assurer un résultat correct en fin de course à Bakou, lorsque la voiture de sécurité virtuelle a été déployée, consécutivement à l'abandon de Pierre Gasly.

McLaren a joué la sécurité avec Norris en fin de course

Lando Norris et Carlos Sainz occupaient les septième et huitième positions en piste, et le manque de roulage dû à l'annulation de la première séance d'essais libres vendredi laissait l'équipe britannique face à un dilemme entre une stratégie défensive et un pari offensif.

La fenêtre de fonctionnement des pneumatiques médiums usés, sur une piste qui allait en refroidissant, était de plus en plus fine et McLaren a eu peur que ses pilotes ne parviennent pas à se relancer correctement et que leur rythme s'effondre lors des dix tours restants. Dès lors, il a été décidé de séparer les stratégies, puisque leur plus proche poursuivant, Lance Stroll, était bien au-delà des 20 secondes nécessaires à un arrêt au stand.

Lire aussi :

"C'était une décision stratégique qui a été conçue pour être à la fois agressive et défensive dans le même temps", a déclaré Gil de Ferran, directeur sportif de McLaren, à Motorsport.com. "Nous avions clairement un arrêt gratuit. Du fait du manque de roulage vendredi, il y avait quelques incertitudes sur le fait que les pneus allaient pouvoir bien se relancer, ceux-ci ayant subi un peu de dégradation, lors de la neutralisation en fin de course."

"Il y avait aussi quelques inquiétudes sur leur capacité à tenir en course dans un bon état. En faisant un arrêt au stand, nous nous sommes protégés contre cette éventualité avec une des voitures, et nous nous sommes mis dans une position qui nous aurait permis, si les pneus tendres avaient été dans une meilleure fenêtre de fonctionnement en fin de course, d'attaquer. Rien de tout cela ne s'est produit, mais il était surtout question de la gestion du risque que nous avons pu maîtriser, puisqu'on en avait l'opportunité."

Les pneus tendres n'ont pas fonctionné comme prévu

Norris était devant Sainz avant son arrêt et a reculé d'une place dans la hiérarchie à la suite de celui-ci, mais le Britannique n'a aucun problème avec cette stratégie : "Ce n'est pas un circuit aisé pour faire chauffer les pneus et les faire fonctionner. La principale chose n'ayant pas marché en notre faveur est la température de l'air."

"En essais libres et en qualifications, personne n'était capable de faire remonter les pneus en température quand ils refroidissaient, et nous avons parié un peu plus là-dessus en espérant qu'après la neutralisation virtuelle, ils n'arriveraient pas à faire fonctionner leurs gommes. Mais c'était presque l'inverse. Ils ont gagné en rythme, et je perdais même du temps dans les derniers tours."

Mais le Britannique se veut philosophe et met l'accent sur le fait que l'équipe n'a rien perdu à tenter cela : "C'était une bonne décision à prendre de notre part, une bonne chose à essayer en tant qu'équipe. Il n'y a que moi qui ai perdu deux points, ou un point, peu importe (deux points, ndlr). L'équipe n'a rien perdu ni gagné, donc c'était une bonne décision, ça n'a juste pas fonctionné comme on le souhaitait."

partages
commentaires
L'innovante suspension avant de Red Bull

Article précédent

L'innovante suspension avant de Red Bull

Article suivant

Williams et Russell veulent oublier un week-end cauchemardesque

Williams et Russell veulent oublier un week-end cauchemardesque
Charger les commentaires
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021