McLaren table sur "un petit remaniement" de la hiérarchie

À l'instar de Paul Hembery chez Pirelli, Éric Boullier s'attend à quelques surprises possibles dans l'évolution de la hiérarchie du plateau F1 cette année, suite à l'importante refonte du Règlement Technique.

Le directeur de la compétition de McLaren se garde bien de tout pronostic, y compris sur le travail accompli à Woking, mais confie une part d'incertitude évidente. Revenant sur ce qui a motivé la mise en place d'un nouveau règlement, le Français est convaincu comme bien d'autres que les pilotes prendront énormément de plaisir au volant des monoplaces qui seront présentées la semaine prochaine. 

"Cela a été fait avec un objectif, celui de rester le pinacle du sport automobile et de rendre les voitures à nouveau excitantes à piloter", rappelle-t-il. "À l'origine, c'était le concept. On peut changer drastiquement de nombreuses choses, mais au final, nous devions amener plus de grip." 

"Le look de la voiture était important, c'est pour cela que nous avons des pneus plus gros, des voitures plus agressives, plus d'appui, plus de grip pour rendre la voiture plus rapide dans les virages. C'était le concept d'origine et l'idée derrière ça. Nous y sommes parvenus en faisant une voiture qui devrait être plus lente dans les lignes droites, bien plus rapide dans les virages et plus enthousiasmante pour les pilotes." 

Petite surprise puis convergence ?

Concernant la hiérarchie, Éric Boullier penche pour l'hypothèse de quelques surprises, sans aller vers un chamboulement majeur de l'ordre établi. Une hiérarchie qui s'ajustera dans tous les cas avec le temps, avec une convergence logique. 

"Je crois qu'il y aura un petit remaniement des forces en présence, mais souvenez-vous que le principal différenciateur de performance aujourd'hui est l'unité de puissance, et il y a encore de la maturité à trouver", précise-t-il. "Chaque année, un motoriste trouve plus de puissance ou de performance. Je pense que nous atteindrons bientôt un niveau, puisque nous avons une quantité d'essence limitée injectée dans le moteur. Nous avons une limite. Nous atteindrons tous une limite. Mais aujourd'hui, le principal différenciateur de performance, c'est le moteur."

"Ceci étant dit, cette année nous avons un nouveau package, une nouvelle aéro, certaines équipes feront un meilleur travail que d'autres, donc au début de la saison, il y aura une différence, une certaine surprise, j'en suis certain. Ensuite les équipes se copieront entre elles, ou intégreront d'autres concepts dans les leurs et nous tendrons à nouveau vers plus ou moins de disparité. Mais je suis certain que ce sera plus serré."

Les F1 2017 prendront pour la première fois la piste à l'occasion des essais hivernaux de Barcelone, dans une dizaine de jours. Si certains ont évoqué un possible bluff de la part des équipes, Boullier est lui convaincu d'une chose : la première semaine ne donnera aucune indication claire : "Lors des premiers essais à Barcelone, il s'agira davantage de développer et de déverminer les systèmes, de comprendre la voiture. Pour la performance, nous verrons davantage ce que chacun a fait lors de la seconde semaine."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren
Type d'article Actualités
Tags eric boullier, woking