McLaren ne vise pas la victoire avant 2023

Malgré une bonne saison 2019, McLaren et Andreas Seidl ne veulent pas se laisser griser et affichent des ambitions mesurées pour l'avenir avec un objectif de victoire fixé en 2023.

Après trois saisons catastrophiques avec Honda et une année de transition compliquée avec Renault, McLaren a enfin retrouvé de l'allant en 2019, campagne au terme de laquelle l'écurie de Woking s'est adjugée une prometteuse quatrième position au classement constructeurs. Un podium au Brésil est venu récompenser la régularité de la structure aux avant-postes du milieu de peloton, même s'il s'agit évidemment de résultats fondamentalement éloignés des aspirations de McLaren, en tant que concurrent historique et multititré de la discipline reine.

Cependant, du côté des dirigeants actuels, pas question de se laisser griser par la réussite relative de 2019. Au contraire, il faut continuer sur le chemin tracé et ne pas mettre la charrue avant les bœufs. "Nous devons maintenir la dynamique positive", a ainsi expliqué Andreas Seidl, team principal de McLaren, à Auto Motor und Sport. "Nous voulons également faire un pas en avant en 2020 – pas en termes de position, je m'attends toujours à un combat acharné pour la quatrième place. C'est le maximum possible actuellement en Formule 1 étant donné la force et le budget du moment."

Lire aussi :

"Nous voyons encore suffisamment de faiblesses au sein de l'écurie sur lesquelles nous devons travailler. Donc il faut montrer que nous nous développons dans ces domaines et c'est exactement ce pourquoi il est important d'avoir une bonne saison 2020. Il est clair pour moi qu'un exercice d'équilibriste nous attend pour l'année en cours, à partir du moment où nous basculerons complètement vers 2021. En toute logique, cela se produira plus tôt que d'habitude."

"Les équipes de pointe ont toujours plus de budget, plus de ressources, plus de personnel. Et elles font également du meilleur travail. Après le début de la nouvelle réglementation, il faudra du temps au budget plafonné pour prendre effet. Je m'attends en conséquence à être sur le podium et à gagner en 2023."

Un point de vue partagé par le PDG de McLaren, Zak Brown, qui estime qu'il ne faut pas exagérer les progrès réalisés l'an passé. "Nous avons évidemment connu une immense progression de 2018 à 2019, mais une partie de ça venait du fait que nous avions été si mauvais en 2018 qu'il aurait été difficile de ne pas franchir ce cap en 2019. Donc je ne m'attends pas à la même chose de 2019 à 2020."

"En fait, ce que nous devons faire, c'est juste d'être plus préparés, plus en forme pour la course, pour avoir une longueur d'avance. La voiture de 2021 est déjà en soufflerie, celle de 2020 nous semble très bonne. Il faut juste que nous gardions notre concentration et que nous comprenions que rien ne va arriver du jour au lendemain. Nous aurons des super week-ends et nous aurons des mauvais week-ends. Mais espérons juste que nous continuerons d'avancer."

partages
commentaires
Sainz : "Aucune urgence" à signer un nouveau contrat avec McLaren

Article précédent

Sainz : "Aucune urgence" à signer un nouveau contrat avec McLaren

Article suivant

Williams lève le voile sur la FW43

Williams lève le voile sur la FW43
Charger les commentaires
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021