Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
3 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
16 jours

Les meilleurs emplacements pour assister au GP de France

partages
Les meilleurs emplacements pour assister au GP de France
Par :
15 mai 2019 à 09:00

Ensoleillé et offrant une vue imprenable sur la piste et les magnifiques paysages provençaux, l'historique Circuit Paul Ricard est l'un des lieux les plus enthousiasmants et évocateurs du calendrier de la Formule 1. Motorsport Live passe en revue les meilleurs endroits depuis lesquels on peut assister au Grand Prix de France.

Les fans les plus jeunes pourraient penser que le Paul Ricard est nouveau venu en Formule, mais ce circuit transpire le souvenir des précédentes éditions du Grand Prix de France, qui y ont eu lieu entre 1970 et 1990. Situé sur un plateau surplombant la côte méditerranéenne, il offre une vue typiquement méridionale avec un ciel dégagé et des montagnes à l'horizon, et il est synonyme de l'âge d'or de la F1. Arrêtez-vous à l'Hostellerie Bérard, à La Cadière-d'Azur, et vous y trouverez des photos de Graham Hill et Colin Chapman tapissant le bar, près d'un piano sur lequel a joué Elio de Angelis.

Assistez au GP de France :

Au tournant de ce siècle, le Paul Ricard a été rénové pour devenir un circuit d'essais ultra moderne, avec de larges zones de dégagements qui en font l'une de ses caractéristiques et offrent une vue panoramique depuis les nouvelles tribunes. Vous aurez beaucoup à faire avec tous les divertissements prévus hors de la piste, mais vous aurez également beaucoup à voir. Il ne s'agit pas de l'un de ces circuits où une place en tribune ne permet d'observer qu'un virage ou un morceau de ligne droite…

LIGNE DROITE DE DÉPART-ARRIVÉE – Billets à partir de 486 €. Réservez ici

La tribune principale

C'est là que tout commence et se termine. Les instants qui précèdent le départ d'un Grand Prix sont animés d'une forte impatience : l'odeur des freins chauds et de la gomme alors que les monoplaces se mettent en grille, le bruit des moteurs qui dépassent le limiteur de régime, ce bref instant où tous les yeux sont rivés sur les feux de départ ; puis le grondement des voitures qui sont lâchées comme des missiles. Peu de choses, dans le sport, peuvent égaler le départ d'un Grand Prix de F1 en matière de spectacle grandiose, et la tribune principale du Paul Ricard vous permet de vivre ce moment clé de la course.

Cette tribune offre également une vue sur chaque arrêt au stand, un moment déterminant où un Grand Prix peut se gagner ou se perdre. Il y a aussi la vue sur la ligne droite en elle-même, où les monoplaces passent à plus de 290 km/h et préparent des tentatives de dépassement au premier virage, qui se trouve également dans le champ de vision.

SAINTE BAUME – Billets à partir de 271 €. Réservez ici

Cet ensemble de tribune surplombe les virages 3, 4, 5, 6 et 7 et vous offrira un regard parfait sur la manière dont les pilotes de F1 parviennent à boucler un tour rapide. C'est à cet endroit qu'a eu lieu ce qui est probablement l'accident à plus haute vitesse de l'Histoire, lorsqu'Alexander Wurz testait sa McLaren et qu'un pneu avait rencontré une défaillance. Ces virages forment néanmoins la portion la plus lente du circuit, et sont un véritable test d'habileté plutôt que de bravoure.

Cela peut toutefois changer en course, car les pilotes sont tentés de dépasser les limites de la piste en cas de lutte roue contre roue. C'est là que Pierre Gasly et Esteban Ocon se sont accrochés dans le premier tour l'an dernier, alors que le gros du peloton allait atteindre le troisième virage.

Le virage 7 est aussi une zone riche en action, car il commande la ligne droite du Mistral. Les pilotes souhaitent en sortir rapidement pour ensuite gagner du temps, ce qui en fait un point chaud pour les tête-à-queue en qualifications comme en course.

Max Verstappen, Red Bull Racing RB14, devant Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09

LA CHICANE – Billets à partir de 271 €. Réservez ici

Agrandie à la demande de Toyota, qui a passé une année complète à réaliser des essais privés avant ses débuts en F1 en 2002, la chicane située au milieu de la ligne droite du Mistral est détestée par les puristes. Ceux-ci préféreraient que tout redevienne comme avant, avec une ligne droite ininterrompue de plus de 1800 mètres. Mais elle offre une opportunité de dépassement majeure, puisque les F1 modernes atteignent plus de 300 km/h avant d'y plonger.

L'an dernier, cette tribune a permis d'assister à de nombreux moments d'action, et c'est ici notamment que Sebastian Vettel a réalisé plusieurs dépassements pour remonter jusqu'à la cinquième place, après son accrochage du premier tour. Daniel Ricciardo, l'un des pilotes les plus redoutables quand on parle de freinage tardif, était lui aussi très en vue à cet endroit…

Chicane

VIRAGE DU PONT – Billets à partir de 486 €. Réservez ici

Surplombant le virage le plus lent du circuit, cette tribune est un régal pour les photographes. L'approche est particulière, avec un long virage à droite à moyenne vitesse, qui se fond avec une légère courbe à gauche puis un freinage quasiment arrêté pour un dernier virage à droite qui se prend en seconde. C'est ce qui en fait un point clé du circuit. C'est technique, tout en brisant la fluidité du rythme des pilotes, les poussant à commettre des erreurs.

Les pilotes de F1 parviennent généralement à échapper au contact à cet endroit, mais pendant les courses annexes on y voit énormément de blocages de roue, de tête-à-queue et d'accrochages.

Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1 W09 franchit la ligne

LE BEAUSSET – Billets à partir de 272 €. Réservez ici

C'est ici que vous verrez les F1 exploiter au maximum les performances de leurs pneus et les pilotes à la limite de leurs capacités, en arrivant à Signes à 330 km/h, voire plus, et sans toucher les freins au moment de s'engager à droite. Le Beausset est un double-droit qui se resserre et qui fait office de point d'entrée sur la portion la plus technique du circuit. C'est un enfer si l'on est au volant d'une voiture déséquilibrée, qui glisse ou qui est chaussée de gommes usées.

Alors que les freins y sont à peine effleurés, ce secteur fait la part belle au ressenti et à la finesse. C'est là que l'on voit exceller les pilotes les plus en phase avec leur monture, et là aussi que l'on perçoit ceux qui semblent être des proies faciles. Sebastian Vettel l'avait démontré l'an dernier face à la Renault de Nico Hülkenberg.

Le Beausset

Article suivant
Brawn espère que "la douche froide de la défaite" va aider Ferrari

Article précédent

Brawn espère que "la douche froide de la défaite" va aider Ferrari

Article suivant

Photos - La deuxième journée d'essais à Barcelone

Photos - La deuxième journée d'essais à Barcelone

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de France
Auteur Contenu Partenaire