Menacé chez Alfa Romeo, Giovinazzi ne veut pas encore penser à l'après-F1

Antonio Giovinazzi n'est pas assuré de disputer la saison 2022 au sein de l'écurie Alfa Romeo, mais l'Italien ne cherche pas à se dégoter des options hors de la F1 pour autant.

Menacé chez Alfa Romeo, Giovinazzi ne veut pas encore penser à l'après-F1

Officiellement, dix-neuf pilotes ont validé leur ticket pour prendre part à la saison 2022 de Formule 1. Une seule place est donc encore disponible, dans l'équipe Alfa Romeo, et elle est actuellement détenue par Antonio Giovinazzi. Mais compte tenu de ses performances, l'Italien n'est pas assuré d'épauler Valtteri Bottas l'an prochain. Sa place est menacée par plusieurs pilotes, et surtout par Guanyu Zhou, deuxième homme du championnat de Formule 2.

Giovinazzi, qui a pour mission de convaincre ses employeurs, a atteint deux fois la Q3 lors des trois derniers Grands Prix. Cependant, l'Italien n'a inscrit aucun point depuis l'épreuve de Monaco, qui s'est tenue à la fin du mois de mai. En dépit de ce manque de résultats, le pilote se focalise sur la catégorie reine.

"Pour être honnête, je veux me concentrer sur le maintien de ma place en F1 pour le moment", a-t-il expliqué à Motorsport.com. "Ensuite, dans le pire des cas, je commencerai à songer à l'année prochaine. Mais pour le moment, je veux seulement me concentrer sur mon travail ici, en F1, pour garder mon volant."

La décision d'Alfa Romeo sur son deuxième pilote sera rendue très prochainement, mais Giovinazzi a assuré qu'il n'était pas au courant des plans de la firme en précisant que ce n'était "pas une question pour moi" mais une pour son directeur, Frédéric Vasseur. "La seule chose que je puisse faire, c'est piloter et marquer des points. J'espère que cela sera suffisant", a-t-il ajouté.

Giovinazzi a fait ses débuts en Formule 1 en 2017 lorsque Sauber (l'ancienne identité d'Alfa Romeo) l'a appelé à remplacer un Pascal Wehrlein convalescent lors des deux premières manches de la saison. Le pilote italien a ensuite fait son retour en catégorie reine en 2019, bien aidé par ses liens avec Ferrari, qui détenait un des deux baquets Alfa Romeo. Mais aujourd'hui, le Cheval Cabré "ne peut plus influencer la décision de l'équipe", comme l'a expliqué Mattia Binotto, directeur de la Scuderia, au Grand Prix d'Italie.

Lire aussi :

Si son aventure avec Alfa Romeo s'arrêtait au crépuscule de la saison 2021, Giovinazzi aurait-il la possibilité de rebondir chez Ferrari ? Selon Binotto, le sujet n'a pas encore été évoqué avec le pilote transalpin.

"Je pense que beaucoup de choses dépendront de sa volonté, de ce qui intéresse vraiment Antonio pour l'avenir", a déclaré le directeur d'équipe. "Mais je pense que la première étape est de lui trouver une place et un baquet en F1, bien sûr. Nous sommes pleinement concentrés sur cela en ce moment."

partages
commentaires
Deux jours de simulateur ont aidé Norris à comprendre ses erreurs

Article précédent

Deux jours de simulateur ont aidé Norris à comprendre ses erreurs

Article suivant

Pourquoi Hamilton a qualifié Bottas de "meilleur équipier"

Pourquoi Hamilton a qualifié Bottas de "meilleur équipier"
Charger les commentaires
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021