Mercedes : 2022 reste moins douloureux que la perte du titre 2021

Toto Wolff a expliqué que la saison 2022 décevante de l'écurie Mercedes avait toutefois été moins douloureuse à vivre que la perte du titre lors de la finale 2021 à Abu Dhabi.

Mercedes : 2022 reste moins douloureux que la perte du titre 2021
Charger le lecteur audio

Après huit années marquées par l'obtention de tous les titres constructeurs et de sept titres pilotes, Mercedes a vécu en 2022 sa première année blanche, tout juste sauvée à la fin par la victoire de George Russell lors du Grand Prix de São Paulo. Le constructeur allemand a mal négocié la révolution technique, le concept "zéro ponton" de la W13 ne s'avérant pas aussi performant dans la réalité que dans la théorie.

En dépit d'une année difficile lors de laquelle l'écurie a d'abord dû mettre en pause son développement pour comprendre et régler une partie de ses problèmes avant de connaître une progression nette durant la seconde partie de campagne, Toto Wolff estime que les écueils rencontrées en 2022 ne sont rien par rapport à la manière dont le titre pilotes 2021 a échappé à l'écurie lors de la finale d'Abu Dhabi l'an passé.

Ainsi, quand Motorsport.com a demandé à l'Autrichien laquelle des deux dernières saisons avait été la plus douloureuse à vivre, il a répondu : "L'année dernière sans aucun doute, parce que l'année dernière c'était fort. Et la façon dont ça s'est terminé, en quelques secondes, nous savions que c'était fini. C'était hors de contrôle, plus entre nos mains. Et perdre le contrôle, c'était la première fois depuis que j'étais adolescent. Et, du point de vue de mon sens de l'équité, c'était totalement contre mes valeurs."

Au contraire d'Abu Dhabi 2021, le directeur exécutif de Mercedes estime les errements de 2022 ont été plus facile à accepter car entièrement de la responsabilité de l'écurie : "Cette année n'a pas été aussi intense, en termes d'émotions, parce que nous savions dès le départ que la voiture n'était tout simplement pas assez bonne. Je pense que nous l'avons compris lentement mais sûrement. Nous enlevions une couche de l'oignon et nous pensions avoir résolu le problème, mais ensuite, il y avait une autre couche, puis une autre encore."

"Ensuite, nous avons commencé à établir une corrélation avec les circuits où cette voiture, qui n'était vraiment pas bonne, pouvait être performante. Et nous avons essayé de nous concentrer sur ces pistes, sachant que pour les plus dures, comme Abu Dhabi, il fallait en quelque sorte limiter les dégâts. Donc, c'est de notre faute. L'année dernière, Abu Dhabi n'était pas de notre fait. [Cette année], on savait qu'on s'était trompé. Nous sommes conscients que d'autres ont fait du meilleur travail. Et la façon dont cette saison s'est terminée témoigne d'une méritocratie absolue. Donc c'est bon."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Les innovations de Mercedes et Aston Martin interdites pour 2023
Article précédent

Les innovations de Mercedes et Aston Martin interdites pour 2023

Article suivant

Verstappen : "Les gens pensent que je n'ai pas l'esprit d'équipe"

Verstappen : "Les gens pensent que je n'ai pas l'esprit d'équipe"