Mercedes a pris un risque avec la suspension de Hamilton à Mexico

L'écurie Mercedes a indiqué avoir pris un pari en laissant Lewis Hamilton en piste lors du premier relais alors qu'il avait fait un plat sur son pneu avant droit au moment de son premier freinage manqué au départ du GP du Mexique.

Mercedes a pris un risque avec la suspension de Hamilton à Mexico
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 fête sa victoire avec l'équipe
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Podium : le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1
Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 fête sa victoire avec l'équipe
Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid fête sa victoire dans le Parc Fermé
Podium : Nico Rosberg, Mercedes AMG F1, deuxième; Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, vainqueur; Sebastian Vettel, Ferrari, troisième
Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 et son équipier Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 fêtent le doublé avec l'équipe

D'autant qu'une telle situation n'est pas inédite chez Mercedes, puisque l'on se souvient qu'il y a deux ans, à Sotchi, lorsque Nico Rosberg avait commis la même erreur, sans doute avec plus de dégâts, l'écurie l'avait immédiatement fait rentrer pour changer de pneus.

Mais, face à une situation comptable qui place Hamilton dans la position où il ne peut se permettre aucune anicroche, il a été décidé de prendre le risque de l'emmener au bout du relais en tendres malgré une vibration qui pouvait potentiellement être dangereuse. 

Paddy Lowe, le directeur technique de Mercedes, qui a bien connu les conséquences d'une vibration trop importante liée au pneu lors du Grand Prix d'Europe 2005 où Kimi Räikkönen, alors chez McLaren, avait souffert d'un bris de suspension dans les derniers tours de la course et alors qu'il menait, a pris la décision finale.

"C'était un plat que j'appellerais moyen-important", explique le technicien britannique à Motorsport.com. "Où important serait quelque chose qui cause tellement de vibrations que vous surchargez la suspension. Vous vous souvenez de Kimi au Nürburgring en 2005 ?"

"Cet effet est très réel, c'est quelque chose que toutes les équipes surveillent quand elles ont un plat. Il y a la sensation du pilote, vous pouvez avoir des difficultés en raison de la vibration, mais plus critiques sont les surcharges que vous placez sur la suspension."

"Pour être honnête, l'aspect surcharge n'était pas clair jusqu'à ce que nous roulions à nouveau à pleine vitesse. Il semblait moyen-haut sur les chiffres initiaux, et en fait, après ces quelques premiers tours, il était clair que cela surchargeait la suspension, donc nous roulions au-delà de nos limites approuvées."

"Ensuite, nous avons fait face à une décision très, très difficile parce que les choix étaient une défaillance de suspension à la fin d'une ligne droite, comme pour Kimi, ou abandonner le championnat, parce que s'arrêter au deuxième tour allait de toute façon détruire le championnat de Lewis directement."

Finalement, le premier relais s'est déroulé de manière plutôt calme et l'objectif était de tenir 19 à 20 tours en tendres. Mais, à mesure que Hamilton se rapprochait de la cible, les choses ont empiré. "Ça n'empirait pas, assurément pour les 12-14 premiers tours", explique Lowe. "Mais c'est devenu pire avant la fin, et c'est pourquoi nous nous sommes arrêtés quelques tours avant ce que nous aurions dû faire."

Toto Wolff, le directeur exécutif de la structure de Brackley, explique d'ailleurs que, si le titre n'avait pas été en jeu, Hamilton n'aurait pas été laissé en piste. "Dans n'importe quelle autre course, nous l'aurions fait arrêter aux stands, et il aurait perdu la course. Nous l'avons laissé en piste afin de ne pas gâcher son championnat."

"Honnêtement, ce n'était pas une situation confortable dans laquelle nous nous sommes trouvés à ce moment-là, de prendre cette décision, en mettant sur la balance le championnat et une défaillance de la suspension."

Avec Jonathan Noble

partages
commentaires
Arrivabene - Je n'ai pas de leçons à recevoir de Marko

Article précédent

Arrivabene - Je n'ai pas de leçons à recevoir de Marko

Article suivant

Technique - Écopes de freins modifiées sur les Williams

Technique - Écopes de freins modifiées sur les Williams
Charger les commentaires
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021