Mercedes attend une procédure de contrôle des pneus plus claire

Toto Wolff espère que la FIA mettra en place un processus de contrôle des pressions de pneus équitable et précis.

Suite à la polémique qui a suivi le Grand Prix d’Italie, remettant en cause la victoire de Lewis Hamilton et Mercedes, les commissaires chargés d’analyser l’affaire ont appelé la FIA à organiser des réunions pour mettre en place une procédure plus claire en matière de vérification des pneus. 

Dans un contexte où Pirelli a augmenté les pressions minimales imposées aux équipes après les incidents du Grand Prix de Belgique, sous contrôle de la FIA, Mercedes s’est retrouvé sous le coup d’une enquête à l’arrivée de la dernière course à Monza. Un des pneus de la W06 de Lewis Hamilton avait été contrôlé légèrement en dessous de la pression minimale à quelques instants du départ. 

Risquant une forte pénalité voire une exclusion, Mercedes a su se montrer convaincant et prouver sa bonne foi devant les jury des commissaires pour qu’aucune sanction ne soit décidée. Désormais, Toto Wolff espère que cela servira de leçon à l’avenir pour mettre en place une procédure de contrôle claire et équitable. 

"On vérifie les pressions de pneus quand on les met sur la voiture", souligne le directeur de Mercedes. "Il s’agit de définir la procédure quand ces pressions seront vérifiées à l’avenir, afin que ce soit pareil pour tout le monde."

Le timing des couvertures chauffantes

A Monza, le contrôle des pneus de la monoplace de Lewis Hamilton a été effectué inopinément par la FIA à quelques instants du départ. A ce moment précis, les couvertures chauffantes avaient été déconnectées et le pneu incriminé avait ainsi commencé à refroidir, ce qui a pu avoir une incidence sur la mesure. Wolff estime que vérifier la pression d'un pneu qui venait d'être chauffé pendant de longues minutes n'avait plus rien de cohérent. 

Mercedes et Pireli appellent donc à ce que les contrôles soient effectués au moment même où les pneus sont montés sur la monoplace, et ce pour tous les concurrents, afin d’éviter toute mésaventure du genre. 

Mercedes cherche des explications

De son côté, le constructeur allemand va également mener une enquête poussée après l’épreuve italienne, dans la mesure où les disparités de pression entre les pneus des voitures de Rosberg et Hamilton sont pour le moment inexpliquées. 

"Nous ne savons pas pourquoi il y avait une disparité", admet Wolff. "Au final, cela peut coûter en performance si l’on a un pneu qui est à une pression différente des autres."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités
Tags contrôle, fia, pneus, pression, sécurité