Formule 1
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Avec Bottas, Mercedes évite "l'animosité" des années Hamilton/Rosberg

partages
commentaires
Avec Bottas, Mercedes évite "l'animosité" des années Hamilton/Rosberg
Par :
17 sept. 2019 à 06:52

Toto Wolff reconnaît que les tensions vécues à l'époque de la cohabitation entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg ont inévitablement pesé au moment de prolonger le contrat de Valtteri Bottas pour 2020.

Plusieurs fois avant l'été, Toto Wolff a fait part du dilemme auquel faisait face Mercedes pour attribuer son baquet 2020 aux côtés de Lewis Hamilton. Valtteri Bottas a finalement conservé toute la confiance de l'écurie allemande, qui a parallèlement tout mis en œuvre pour assurer un avenir en F1 à Esteban Ocon. Ce dernier rejoindra Renault, après avoir été un temps candidat à piloter l'une des deux Flèches d'Argent l'an prochain. 

Dans la réflexion autour de ce choix cornélien, Toto Wolff concède logiquement que "beaucoup de facteurs ont joué un rôle". Préserver la continuité était l'un d'eux, mais pas seulement. Mercedes sait disposer d'un duo qui entretient des relations saines, et il n'était pas question pour l'écurie de Brackley de prendre le risque de perdre cette garantie. Les démons des tensions internes entre Hamilton et Nico Rosberg entre 2013 et 2016 hantent encore suffisamment le garage de la firme à l'étoile !

Lire aussi :

"On arrive à développer la voiture d'une manière très productive, et Esteban a pris sa part", reconnaît le directeur de Mercedes. "On a vécu des années très difficiles entre Nico et Lewis, avec de la controverse, de la rivalité, de l'animosité. C'était très mauvais en termes d'ambiance et d'esprit collaboratif. C'est une des raisons de ce choix. L'autre, c'est que Valtteri est face à Hamilton qui est cinq fois Champion du monde, et il fait très bien son travail."

"Esteban, nous croyons en lui depuis longtemps, il a très bien progressé", poursuit Wolff. "Nous avons eu l'opportunité chez Manor puis chez Force India, et ça a bien marché. Après une année sans baquet, il fallait décider si l'on pouvait le sauver. Il aurait voulu être à côté de Lewis, qui est au sommet, mais est-ce que c'était le bon moment ? Je pense qu'être chez Renault, en tant que pilote français, dans une équipe d'usine française, avec un Ricciardo comme référence, c'est mieux pour sa carrière. Il a 22 ans, il peut avoir une carrière de 15 ans en F1, et on oublie que même les très bons comme Rosberg ont passé quatre ou cinq ans chez Williams. Je ne compare pas Williams avec Renault, mais je crois qu'il y a beaucoup d'arguments favorables pour Esteban et Renault, et beaucoup d'arguments favorables pour Valtteri, qui mérite de rester dans notre équipe."

Renault, pas un choix numéro 2 pour Ocon

Esteban Ocon, Renault F1 Team

Ocon n'a jamais caché qu'il briguait un baquet chez Mercedes, mais qu'il était également très ouvert à toutes les autres opportunités. S'ouvrir à nouveau la porte de Renault n'est en aucun cas à ses yeux un deuxième choix. "Pas du tout", promet-il. "Je le prends comme une super opportunité de pouvoir travailler avec une équipe comme Renault, qui est une équipe de pointe, qui a gagné des titres par le passé, qui a une ambition de revenir, de progresser de plus en plus chaque année et de revenir sur les meilleurs. C'est un énorme challenge, et forcément ça m'attire. J'ai vraiment hâte de commencer et je suis très content d'avoir eu cette opportunité."

Celui qui se réjouit d'avoir pour mentor désormais un certain Alain Prost estime qu'il arrivera dans sa nouvelle équipe avec un bagage précieux. "J'ai appris beaucoup de choses cette année, beaucoup de choses techniques aussi, en travaillant avec une équipe qui est Championne du monde, qui domine la nouvelle ère turbo hybride depuis 2014, qui est toujours au top et qui trouve toujours des solutions pour continuer à progresser", souligne-t-il. "Forcément, ça m'a appris des choses. Voir aussi de l'intérieur comment ça fonctionne, c'est une bonne chose. J'ai vu beaucoup de choses et plus les années passent, plus j'ai de l'expérience et plus je me sens à l'aise dans ce monde de la Formule 1. Pour l'instant j'ai appris beaucoup, il me reste encore quelques Grands Prix pour apprendre, même si Toto a dit qu'il allait me mettre un peu plus en retrait ! Je vais continuer à tout bien écouter pour être encore plus prêt l'année prochaine."

Article suivant
Wolff a douté que la Formule E puisse réussir

Article précédent

Wolff a douté que la Formule E puisse réussir

Article suivant

Pneus : Mercedes plus prudent que Ferrari et Red Bull à Sotchi

Pneus : Mercedes plus prudent que Ferrari et Red Bull à Sotchi
Charger les commentaires