Pourquoi Mercedes n'a pas arrêté Bottas en fin de GP d'Australie

partages
commentaires
Pourquoi Mercedes n'a pas arrêté Bottas en fin de GP d'Australie
Par :
21 mars 2019 à 07:56

L'écurie Mercedes a expliqué les raisons qui l'ont poussée à ne pas tenter d'arrêter Valtteri Bottas en fin de Grand Prix d'Australie, par le biais de James Vowles, son stratège en chef.

L'introduction de dernière minute d'un point pour tout membre du top 10 qui réalise le meilleur tour en course apporte un élément stratégique supplémentaire dans l'équation globale d'une course et d'une saison. Même s'il ne s'agit que d'une unité à l'échelle d'une épreuve, ce sont 21 points et donc quasiment l'équivalent d'une victoire à l'échelle d'une année complète. Aussi, cela ne doit pas être négligé.

Dans la traditionnelle vidéo d'après-course publiée par Mercedes, James Vowles, le stratège en chef de l'écurie allemande, explique que le sujet a été "fortement débattu" dans les rangs de la firme à l'étoile : "Les faits sont qu'il y a 21 courses, 21 points, ce équivaut presque à une victoire, et on ne peut pas laisser les rivaux les récolter. La saison pourrait être serrée et ça pourrait faire toute la différence."

Lire aussi :

Cependant, tenter d'aller chercher un meilleur tour en course implique des risques qui peuvent parfois ne pas en valoir le coup en raison des pertes possibles. "Si, par exemple, vous décidez de faire un arrêt supplémentaire dans le seul but de pouvoir signer le meilleur tour, il y a un risque."

"Peut-être que vous allez avoir une roue mal attachée quand vous allez laisser la voiture repartir en  piste, et c'est un abandon. Peut-être que le pilote va accidentellement franchir la ligne blanche à l'entrée ou à la sortie. Tout cela peut avoir d'immenses répercussions et soudainement, les points liés à votre victoire ne sont plus rien en comparaison de celui que vous êtes allés chercher."

"À l'inverse, à la fin de la course, demander à un pilote d'attaquer et d'extraire de la performance pour le meilleur tour de la course n'est pas sans risque. Il peut y avoir une sortie de piste, ils peuvent faire une erreur et ils peuvent risquer d'endommager la voiture."

Lire aussi :

Grâce à son rythme et à sa stratégie, Valtteri Bottas a disposé d'une avance qui a culminé à 25 secondes sur son équipier, rendant un arrêt possible. Mais Toto Wolff, le directeur exécutif de Mercedes, avait formellement interdit que ses pilotes partent à la chasse au chrono. En vain, puisque les deux hommes ont produit leur meilleur temps dans les derniers instants de la course, Bottas s'assurant la meilleure marque en dépit de ses pneus usés.

"Valtteri et Lewis ont fait un super travail de gestion des pneus et pour essayer de juste conserver autant de gomme disponible que possible, de telle sorte à ce qu'ils puissent tenter le meilleur tour en fin de course", ajoute Vowles. "Valtteri avait au final des pneus en meilleure condition et n'avait pas les dégâts que Lewis avait sur le fond plat, et il a fait un travail fantastique pour inscrire le maximum de points disponibles pour lui lors de ce Grand Prix."

Article suivant
Les écuries frileuses à l'idée d'une grille à 24

Article précédent

Les écuries frileuses à l'idée d'une grille à 24

Article suivant

Schumacher : "Être comparé à mon père n'a jamais été un problème"

Schumacher : "Être comparé à mon père n'a jamais été un problème"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Australie
Catégorie Course
Pilotes Valtteri Bottas Boutique
Équipes Mercedes Boutique
Auteur Fabien Gaillard
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu