Mercedes : le choix d'aileron arrière revient aux pilotes

Si Lewis Hamilton et Valtteri Bottas utilisent parfois un aileron arrière différent, cela provient d'un choix propre à chacun des deux pilotes, et non dicté par Mercedes.

Mercedes : le choix d'aileron arrière revient aux pilotes

Les difficultés de Mercedes à Bakou ont frappé les esprits, même si Lewis Hamilton a bel et bien lutté pour la victoire avant de tout perdre lors du deuxième départ arrêté du Grand Prix d'Azerbaïdjan. Ce qui a marqué également, c'est l'écart de performance abyssal entre le septuple Champion du monde et son coéquipier Valtteri Bottas à compter de la séance de qualifications, et qui s'est exacerbé en course. Le Finlandais a été incapable de rallier l'arrivée dans les points.

Lire aussi :

En délicatesse dès le début du week-end, les pilotes de l'écurie allemande ont tenté de trouver des solutions, ce que semble être parvenu à faire Hamilton lors de la troisième séance d'essais libres. Bottas, lui, a opté pour une autre voie, choisissant notamment un aileron arrière différent (comparatif ci-dessous). Cette différence de configuration sur les deux W12 avait déjà été remarquée à Portimão, mais comment s'explique-t-elle ? Mercedes précise qu'il s'agit bel et bien d'une décision propre à chaque pilote.

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W12 rear wing, Azerbaijan Grand Prix
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W12 rear wing, Azerbaijan Grand Prix

"En fait, les réglages étaient assez similaires", assure Mike Elliott, directeur de la technologie chez Mercedes. "La plus grosse différence entre les deux voitures venait probablement des ailerons utilisés. Lewis a couru avec moins d'appui, à un niveau que les simulations indiquaient être optimal. Et Valtteri a choisi un niveau d'appui légèrement plus élevé qui, d'après nos prévisions, était un peu plus lent, peut-être d'un dixième au tour. Comment se fait ce choix ? Eh bien, c'était le choix de Valtteri d'utiliser cet aileron, et il l'a fait parce qu'il avait le sentiment qu'il serait plus rapide avec."

"Ce que vous devez comprendre, c'est que [Bakou] un circuit difficile. C'est un circuit où il est assez difficile de faire monter les pneus avant en température, et où il faut une véritable confiance parce que les murs sont vraiment proches. Faire monter ces pneus avant en température est vraiment important, et si l'on peut aller un peu plus vite, mettre un peu plus d'énergie dans ces gommes, la voiture ira plus vite et ce sera un cercle vertueux pour la performance. Le fait que Valtteri soit content de sa voiture, qu'il se sente en confiance, est plus important qu'une petite différence de performance prédite par une simulation."

Hamilton aspiré, pas Bottas

Le week-end de Bottas n'a pas non plus été facilité par une séance de qualifications particulièrement difficile, au terme de laquelle il a terminé dixième et dernier de la Q3, faute d'aspiration. Ce petit coup de pouce – en réalité significatif à Bakou –, Hamilton a pu en bénéficier, mais pas le Finlandais, pour plusieurs raisons qui se sont agrégées.

"Nous avons des règles que nous appliquons pour être équitables envers les pilotes d'un Grand Prix à l'autre", rappelle Mike Elliott. "L'une de ces règles dit que, chacun leur tour d'une course à l'autre, les pilotes décident s'ils sortent premier ou deuxième en qualifications. Ce week-end c'était au tour de Lewis, et il a décidé de sortir deuxième en raison du bénéfice de l'aspiration. Maintenant, normalement, ça ne compte pas tant que ça car nous essayons de placer Valtteri en bonne position sur la piste pour qu'il puisse prendre l'aspiration de ses concurrents."

"L'une des difficultés que nous avons rencontrées, c'est que nous faisions deux tours de préparation car nous avions le sentiment que c'était le meilleur moyen de faire le chrono le plus rapide. Donc nous sortions des stands, nous faisions deux tours puis nous faisions notre tour rapide. Il s'agit encore une fois d'amener les pneus dans la bonne fenêtre. Malheureusement pour Valtteri et pour nous, nos concurrents ne faisaient pas la même chose, ils faisaient leur tour rapide dès la première tentative après leur tour de sortie, et ça nous a compliqué la vie pour essayer de bien placer Valtteri par rapport à la concurrence et de prendre une bonne aspiration."

partages
commentaires
Verstappen : Red Bull ne doit pas suivre le même chemin que BMW

Article précédent

Verstappen : Red Bull ne doit pas suivre le même chemin que BMW

Article suivant

Pérez : "Albon m'a expliqué tous les problèmes qu'il a eus"

Pérez : "Albon m'a expliqué tous les problèmes qu'il a eus"
Charger les commentaires
Bottas, dans le piège et sur un fil Prime

Bottas, dans le piège et sur un fil

Le Grand Prix de France n'est qu'une preuve de plus du rôle à la fois central que pourrait occuper mais aussi des problèmes que risque de poser (et de se poser) Valtteri Bottas chez Mercedes.

Formule 1
22 juin 2021
Les notes du Grand Prix de France 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de France 2021

Après le Grand Prix de France, septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
21 juin 2021
Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Formule 1
20 juin 2021
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021