Selon Mercedes, la FIA ne croyait pas le DAS réalisable

James Allison est revenu sur l'entêtement dont a fait preuve Mercedes pour mettre au point le système DAS, estimant que la FIA n'imaginait pas qu'il serait possible d'y parvenir.

Selon Mercedes, la FIA ne croyait pas le DAS réalisable

Les événements de ces dernières semaines l'auraient presque fait oublier. Pourtant, il y a un peu plus de trois mois, Mercedes créait la sensation lors des essais hivernaux en se présentant avec un système révolutionnaire sur sa W11 : le DAS. Ce procédé permet au pilote de modifier l'angle des roues avant en tirant ou en poussant sur son volant, ce qui a rapidement été décelé dans les images de caméra embarquée. À l'époque, le DAS a énormément fait parler, ce qui ne l'a pas empêché d'être déclaré conforme à la réglementation, en dépit de quelques doutes qui auraient pu – et peuvent toujours – mener à la réclamation d'une équipe concurrente lors d'un week-end de Grand Prix afin d'en vérifier la pleine légalité.

Lire aussi :

Si la FIA n'a rien trouvé à redire à ce système DAS, elle l'a toutefois banni pour l'avenir en amendant la réglementation et il disparaîtra ainsi dès 2021. Selon le directeur technique de Mercedes, James Allison, l'instance internationale a été prise par surprise en n'imaginant pas un instant que l'écurie de Brackley parviendrait à se conformer aux textes. Le constructeur allemand avait initialement prévu d'utiliser le DAS en 2019 par le biais d'un système de levier sur le volant mais la FIA avait recalé l'idée, laissant entendre qu'il faudrait que le volant bouge dans sa totalité. Ce que Mercedes a pris au mot…

"En fait, nous voulions l'introduire en 2019", confirme James Allison dans une vidéo diffusée par Mercedes. "Nous avons fait part de nos idées à la FIA, nous les leur avons montrées, expliqué pourquoi nous pensions que c'était légal. À contrecœur, ils ont convenu que la direction à deux axes était légale. Mais ils n'ont pas beaucoup aimé la manière dont nous le faisions, parce que le deuxième axe se basait sur un levier au niveau du volant et non sur le mouvement complet du volant. Ils ont donc dit : 'Non, vous allez devoir faire bouger tout le volant'. Et je pense que lorsqu'ils ont dit ça, ils espéraient que ce serait trop difficile, que l'on abandonnerait et que nous ne leur causerions plus de problèmes."

Malgré les ressources importantes à déployer pour parfaire la solution et se conformer aux exigences de la FIA, Mercedes a estimé que le jeu en valait la chandelle et qu'il y avait bel et bien un bénéfice à en retirer. Le développement du DAS n'a donc pas été abandonné pour 2020, au contraire.

"Nous avons un chef designer très inventif, John Owen, et il a jeté un coup d'œil à ce défi", raconte James Allison. "Il a une très bonne intuition pour savoir si quelque chose est faisable ou non, et c'est une compétence très utile, car cela nous permet d'être audacieux en dépensant de l'argent là où la plupart des gens auraient le sentiment que l'issue est plutôt incertaine. John a une bonne idée de ce qu'il peut faire et sortir pour se retrouver sur la bonne voie. Il a relevé le challenge, il a estimé qu'il pouvait le faire, il l'a soumis à notre groupe de designers mécaniques très talentueux, et ils ont conçu deux ou trois manières de faire. Nous avons choisi la plus probable des trois, et environ un an plus tard en est ressorti le système DAS que vous avez vu au début de la saison."

partages
commentaires
Aucune annonce de calendrier définitif ne sera précipitée

Article précédent

Aucune annonce de calendrier définitif ne sera précipitée

Article suivant

L'intérêt de Mercedes pour Vettel : "Pas de simples paroles"

L'intérêt de Mercedes pour Vettel : "Pas de simples paroles"
Charger les commentaires
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021