Actualités
Formule 1 GP d'Allemagne

Mercedes demande encore de la constance dans les pénalités

Toto Wolff dit ne pas remettre en question l'application d'une pénalité contre Rosberg en Allemagne mais en dit toutefois trop pour ne pas jouer l'assimilation indirecte à d'autres décisions impopulaires de la FIA.

Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid et Max Verstappen, Red Bull Racing RB12 en lutte
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 et Nico Rosberg, Mercedes AMG F1
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1
Podium : le troisième, Max Verstappen, Red Bull Racing fête son podium avec du champagne
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid

L’application d’une pénalité contre Nico Rosberg pour son dépassement sur Verstappen en forçant le pilote Red Bull hors-piste en Allemagne marque la seconde réponse ferme des commissaires de la FIA à l’encontre des manœuvres de l’Allemand, qui avait déjà été pénalisé pour une attitude similaire sur Lewis Hamilton en Autriche. Mais selon Toto Wolff, l’application de l’interprétation des règles manque encore de clarté et de constance.

Suggestions dissimulées dans le politiquement correct

Si l’on pourrait donner raison au Directeur de l’équipe Mercedes concernant les nombreux sujets sur lesquels la FIA s’est montrée inconstante récemment, le choix très intéressé d’exemple de l’Autrichien avec les manœuvres de son pilote dans les épingles est plus difficile à défendre. 

Selon Wolff, d’autres pilotes ayant réalisé des manœuvres similaires à celle de Rosberg n’ont pas été pénalisés dans un passé récent. Sans donner d’exemple concret ou de nom, Wolff tente plutôt de profiter de la mauvaise image de la FIA sur certaines décisions récentes pour obtenir la sympathie par assimilation. La bonne et la mauvaise foi se mêlent dans ses derniers propos.

"Ils se font tout le temps sortir de piste. L’un est pénalisé, pas l’autre. C’est ce que je veux dire en parlant de pénalités inconstantes. Quel est le remède ? Je ne sais pas."

"On veut voir de la course rude, mais je peux accepté l'idée de la pénalité de cinq secondes", tolère tout de même celui qui sait que son pilote n’est pas étranger à son destin allemand. "Ce n’est pas que je dis que c’est totalement erroné, mais il est juste important de savoir si et quand il y a pénalité."

Pour Christian Horner, en charge de l’équipe Red Bull, il n’y a tout simplement pas de question d’interprétation sur le cas précis du dépassement de Rosberg à Hockenheim, et c'est l'évidence qui l'a emporté.

"On pourrait suggérer qu’il s’agit d’un incident de course, mais je pense que s’il avait bloqué les quatre roues et qu’il y avait eu un peu de fumée de pneus il s’en serait peut-être sorti", sourit-il, suggérant que Rosberg n’a pas réellement tenté d’éviter la sortie de piste de Verstappen.

"Le problème est qu’il a eu l’air de s’arrêter et qu’il a continué. Cela a sans doute attiré l’attention des commissaires. La décision leur revient ; pas à nous."

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent McLaren et Mercedes en conflit judiciaire pour un ingénieur
Article suivant Williams n'attendra pas après Button

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France