Mercedes : "En permanence confrontés à des difficultés"

Qualifié de tournant par l'écurie allemande, le difficile Grand Prix de Monaco est un exemple des nombreuses difficultés auxquelles doit faire face une écurie de F1, en quête continue d'optimisation de la performance.

Mercedes a basculé en tête du championnat constructeurs à la mi-saison, avant de subir le doublé Ferrari à Budapest juste avant la trêve estivale. Chez les pilotes, Lewis Hamilton pointe à 14 points de Sebastian Vettel dans une lutte pour le titre de laquelle Valtteri Bottas n'est pas exclu pour le moment. Une situation nouvelle pour le constructeur allemand en 2017, avec face à lui une concurrence solide et durable désormais proposée par Ferrari, au contraire des trois saisons précédentes.

Après des débuts poussifs mais encourageants, la firme à l'étoile a fait des progrès conséquents dans la compréhension de sa monoplace, que Toto Wolff avait lui-même qualifiée de "diva" en marge du Grand Prix de Monaco. Un week-end en principauté qui n'avait rien eu de princier pour Mercedes, sans le moindre représentant sur le podium ! Plusieurs fois, dans les semaines qui ont suivi, l'écurie de Brackley a désigné ce dur week-end monégasque comme un catalyseur bienvenu lui ayant permis de franchir un cap décisif avec sa monoplace. Toto Wolff le confirme davantage aujourd'hui.

"Les dix jours après Monaco ont probablement été les plus utiles [de l'année]", assure le directeur de l'écurie allemande. "Nous avions connu des moments similaires par le passé, avec Singapour [2015] par exemple. Ils [l'équipe] travaillent en permanence à un très haut niveau, mais quand les choses surviennent comme à Monaco, quand soudainement la performance chute, il y a encore plus d'importance accordée au fait de trouver ce qui s'est passé."

"Je suis très impressionné par la manière dont l'équipe a géré la situation. Mais nous connaissons ça chaque week-end. Chaque week-end, nous essayons d'identifier les problèmes, de trouver les solutions, comment nous pouvons optimiser notre performance. Nous sommes en permanence confrontés à des difficultés, la plupart du temps sans que ce soit visible publiquement."

Monaco a offert "stimulant" et "diagnostic"

Ces dix jours auxquels fait référence Toto Wolff ont en effet été mis à profit par les ingénieurs de Brackley pour concentrer leurs efforts sur les problèmes dont souffrait la W08. Ainsi, des progrès tangibles ont pu être effectués en traitant les maux à la racine, et sans avoir recours à de nouvelles pièces pour les gommer.

"Monaco était un circuit où très peu des bonnes parties de notre voiture étaient mises en avant, et où la plupart des plus mauvaises l'étaient", précise à Motorsport.com le directeur technique James Allison. "Ça a vraiment été utile pour nous à cet égard, car cela a attiré notre attention sur là où se trouvaient les problèmes. C'était très, très bénéfique."

"Avant Monaco, nous avions gagné quelques courses. Nous avions été en pole partout, sauf une. Nous avions clairement une voiture rapide et vous pouvez vous dire que tout se passait bien, mais c'était réellement utile pour nous de voir les problèmes avec lesquels nous devions composer, car nous n'avons pas aimé l'expérience de Monaco. Mais la limpidité avec laquelle ils [les problèmes] se sont présentés à nous à Monaco a également rendu plus facile le diagnostic des plus gros facteurs et la manière de s'y attaquer, donc c'était utile de deux manières, comme stimulant et comme diagnostic."

"Après Monaco, nous n'avons pas vraiment connu de course avec une faiblesse jusqu'à présent. La course après Monaco était au Canada, et nous n'avons pas apporté d'évolutions là-bas", conclut-il.

Propos recueillis par Jonathan Noble

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités
Tags james allison, toto wolff