Mercedes aurait enfreint la limite FIA des rebonds à Bakou

L'écurie Mercedes a reconnu que si la formule indiquée par la FIA dans sa dernière directive anti-rebonds avait été en place dès Bakou, elle n'aurait pas respecté les limites fixées.

Mercedes aurait enfreint la limite FIA des rebonds à Bakou
Charger le lecteur audio

Afin de tenter de circonscrire le phénomène des rebonds, qu'ils soient liés au marsouinage ou au talonnage, et les dangers qu'il font courir aux pilotes, la FIA a décidé la mise en place prochaine d'une formule qui permettra de fixer une limite à ne pas dépasser. Cette mesure de l'oscillation aérodynamique (AOM) sera normalement effective dès le Grand Prix de France.

Toute F1 ne respectant pas de façon constante la limite prescrite risquera l'exclusion pure et simple. Toutefois, en laissant deux épreuves complètes avant la mise en œuvre de ces mesures ainsi que plusieurs jokers pour autoriser un dépassement contenu du chiffre fixé, la fédération cherche à ne pas se montrer trop sévère afin de laisser les constructeurs s'habituer à cette nouvelle donne.

Lire aussi :

Si plusieurs écuries affichent une certaine confiance sur le sujet, estimant qu'elles n'auraient pas de changements particuliers à faire pour s'y conformer, les yeux se tournent évidemment vers Mercedes, équipe parmi les plus touchées par le phénomène. Et selon les premières analyses menées, il est clair que la W13 n'aurait pas passé le cut lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan, épreuve lors de laquelle George Russell et Lewis Hamilton ont fait part de difficultés plus ou moins grandes, comme d'autres concurrents.

Le directeur technique de Mercedes, Mike Elliott, a déclaré que le tout dernier projet de Directive Technique (DT) publié cette semaine restait un chantier en cours car il y avait beaucoup de travail à faire. "D'après ce que nous avons entendu de la FIA, je pense que c'est une chose sur laquelle ils vont devoir travailler, bâtir et déterminer comment cela va fonctionner de manière pragmatique."

George Russell, Mercedes W13

George Russell, Mercedes W13

"Si l'on revient sur quelques courses en utilisant cette formule, Bakou en est une que nous n'aurions pas passée. Mais si vous regardez où nous étions [ce vendredi à Silverstone], nous n'aurions même pas déclenché la mesure. Il va être intéressant de voir comment elle est appliquée et comment elle est utilisée tout au long de la saison, car aucun d'entre nous ne veut rebondir. Nous n'essayons pas de nous développer en partant de cette position."

Pour Elliott, l'une des incertitudes est de savoir ce qui pourrait se passer si les équipes peinaient à passer en dessous de la limite. "La question devient : si vous dépassez la mesure, pouvez-vous réellement corriger le problème pendant un week-end de course ?"

"Je pense qu'aucun d'entre nous ne veut voir des voitures qui ne participent pas et être exclues parce qu'elles ne sont pas en mesure de surmonter ces problèmes. Je pense que le temps dira si cette méthode peut être appliquée de la bonne manière, ou si elle peut pousser les choses dans le bon sens sans finir par nuire au spectacle. Nous verrons. Je suis sûr que la FIA en est consciente."

Si Bakou a jusqu'ici été le théâtre des pires situations de rebond de la saison, Mercedes se méfie de ce qui arrivera au Hungaroring à la fin du mois. "Assurément, les derniers circuits où nous avons vu beaucoup de rebondissements, je pense que c'est juste parce que la piste était assez bosselée avec des voitures très rigides", a expliqué Elliott.

"Je pense que lorsque vous vous projetez dans le futur, disons à Budapest, cela pourrait être un défi pour les équipes pour la même raison. Mais en même temps, je pense que nous sommes tous en train de maîtriser nos soucis. Nous comprenons ces problèmes et nous développons les voitures. Donc avec un peu de chance, nous pourrons nous affranchir de cela."

partages
commentaires
La philosophie Red Bull et Ferrari derrière les évolutions d'Alpine
Article précédent

La philosophie Red Bull et Ferrari derrière les évolutions d'Alpine

Article suivant

Qualifs - Sous la pluie, Sainz signe sa première pole en F1

Qualifs - Sous la pluie, Sainz signe sa première pole en F1