Mercedes évite un duel stratégique entre Rosberg et Hamilton

Nico Rosberg a remporté le GP du Brésil après une course contrôlée avec un faible écart, aidé par le refus de Mercedes de voir Hamilton changer de stratégie pour porter une attaque sur le commandement.

Après une minute de silence organisée par la FIA pour les victimes des accidents de la route, à laquelle est associée une mention aux victimes des attentats de Paris, le départ du GP du Brésil est donné sans Carlos Sainz Jr sur la grille. Le jeune espagnol, théoriquement 10e, est en effet victime d’une avarie mécanique lors de l’installation et doit s’élancer de la voie des stands.

A l’extinction des feux, Rosberg parvient à conserver le commandement devant Hamilton dans un premier virage tendu, tandis que Bottas plonge sur Hülkenberg par l‘extérieur et s’empare de la 5e position. Le pilote Force India se retrouve immédiatement sous la menace de Kvyat, qui passe à son tour l’Allemand en bout de ligne droite dans le premier secteur.

La Toro Rosso de Sainz est décidément sujette à des soucis techniques : sans puissance, le débutant abandonne sa monoplace en piste ; la Direction de Course décide de ne pas faire intervenir la Voiture de Sécurité Virtuelle.

Mercedes se détache ; Rosberg garde la tête

Rosberg se forge une avance de 1.5s d’avance dans les 10 premiers tours du GP, tandis que les Ferrari de Vettel (+4s) et Räikkönen (+7s) lâchent vite prise. P13 et P14, les McLaren restent dans le peloton, à 5s des points de la 10e place.

Parti du fond de la grille, Ricciardo choisit une stratégie décalée et passe au stand dès le 4e passage pour chausser le mélange medium.  Mais la valse d’arrêts commence véritablement au 10e passage, avec Hülkenberg, puis avec Kvyat, Massa, Pérez et Grosjean dans les stands pour se débarrasser du composé tendre au 11e tour. Force India gagne son undercut et repasse la Red Bull de Kvyat dans l’opération.

La délicatesse des top teams avec les pneus est notable, Ferrari et Mercedes disposant d’un peu plus d’autonomie avec le composé rapide. Räikkönen s’arrête au T12, un tour avant le leader Rosberg et Vettel, et deux avant Hamilton qui ressort second, 1.8s derrière le leader.

Hamilton place Rosberg et ses ingénieurs sous pression

Hamilton n’a pas l’intention de laisser filer son équipier, et tente même avec sa cartographie moteur de se replacer dans la même seconde que lui pour pouvoir activer son DRS. Cela se traduit par une différence de 9km/h entre les deux hommes en ligne droite. Au 20e passage, les deux Mercedes sont ainsi ensemble et Rosberg doit surveiller ses rétroviseurs après avoir légèrement manqué un freinage.

"A ce rythme, mes pneus ne vont pas durer", juge cependant Hamilton, qui évolue dans l'air perturbé de l'auto N°6. "La dégradation est bonne sur les deux autos", le rassure son muret des stands.

Rosberg semble en délicatesse à plusieurs reprises dans le premier freinage, abordé près de 50m avant son poursuivant. Les deux Mercedes sont presque aileron contre aileron à l’abord du S de Senna mais Rosberg se creuse systématiquement une marge dans la ligne droite suivante.

Entre le 27e et le 29e tour, Hamilton implore son team par radio de changer de stratégie pour pouvoir attaquer un Rosberg dans les stands. Mais la règle chez les Gris est claire : le leader a toujours la primeur des choix, et son équipier doit se caler dessus pour assurer l'équité. "C'est un peu frustrant de voir Mercedes ne pas laisser ses pilotes prendre un pari et décider de ce qu'il faut faire depuis derrière le volant", estime Martin Brundle sur Sky Sports, alors que Hamilton décide de laisser de la distance se créer entre lui et son équipier, faisant passer l'écart à 3.0s en quelques boucles. 

Verstappen avec panache; Maldonado brouillon

Qui ne peut être encore enthousiasmé par l’audace de Max Verstappen ? Le jeune Néerlandais offre une manœuvre superbe sur Pérez en se portant à l’extérieur de la Force India à l’abord du S de Senna, et garde sa position une fois à l’intérieur dans l’enchaînement, sur le vibreur. Décontenancé, Pérez perd non seulement la 9e position, mais également la 10e, Grosjean en profitant pour se faufiler à son tour.

Rosberg observe son second arrêt au T33 ; Hamilton s’arrête un tour plus tard et se retrouve englué derrière un Räikkönen tentant de passer le retardataire Alonso. Au T36, Maldonado harponne Ericsson dans le premier freinage et fait l’objet immédiatement d’une investigation dont il est finalement jugé responsable.

On apprend en milieu de course que Massa est sous investigation des commissaires pour une irrégularité notable dans les températures et pression en début de GP. Le Brésilien ne peut que compter sur une issue heureuse de son GP national.

Hamilton observe à distance

Tandis que Räikkönen tente quelque chose de différent en économisant ses enveloppes pour ne réaliser que deux arrêts, Hamilton se garde cette fois de venir se placer dans les échappements de Rosberg.

L'écart demeure de trois secondes pendant de longues boucles, avant que le Britannique ne réduise subitement celui-ci à 2.3s au 47e passage, juste avant l'ultime arrêt de Rosberg. Après son propre arrêt et 21 tours à parcourir en medium, Hamilton a 2.0s à combler, avec un important trafic de retardataires dont se défaire pour commencer le relais. 

C'est dans cette phase cruciale lors de laquelle Rosberg rencontre de l'air perturbé que le Britannique reprend 0.8s et se replace dans les rétroviseurs de son rival.

Rosberg contrôle les 10 derniers tours

Proche mais sans être en mesure de se placer dans la zone d'activation du DRS, Hamilton permet à Rosberg de garder ses esprits dans les derniers tours de course. L'Anglais renonce à aller placer son équipier sous pression dans les ultimes boucles, sur des gommes perdant de leur vigueur sur les ultimes boucles, comme lors du relais précédent. 

Vettel boucle la ligne d'arrivée en 3e place, à moins de dix secondes de la tête, après avoir oublié un Räikkönen distancé de 20 secondes supplémentaires. Bottas s'empare de la 5e place devant Hülkenberg, Kvyat, Massa, Grosjean et Verstappen.

 

GALERIE : Toutes les photos du GP du Brésil

Formule 1 - Grand Prix du Brésil 2015
 PiloteEcurieTempsPts
01   N. Rosberg   Mercedes 71 tours 25
02   L. Hamilton   Mercedes +7.7 18
03   S. Vettel   Ferrari +14.2 15
04   K. Räikkönen   Ferrari +47.5 12
05   V. Bottas   Williams + 1 tour 10
06   N. Hülkenberg   Force India + 1 tour 8
07   D. Kvyat   Red Bull + 1 tour 6
DSQ   F. Massa   Williams + 1 tour *
08   R. Grosjean   Lotus + 1 tour 4
09   M. Verstappen   Toro Rosso + 1 tour 2
10   P. Maldonado   Lotus + 1 tour 1
11   D. Ricciardo   Red Bull + 1 tour  
12   S. Pérez   Force India + 1 tour  
13   F. Nasr   Sauber + 1 tour  
14   J. Button   McLaren + 1 tour  
15   F. Alonso   McLaren + 1 tour  
16   M. Ericsson   Sauber + 2 tours  
17   W. Stevens   Manor + 4 tours  
18   A. Rossi   Manor + 4 tours  
    C. Sainz   Toro Rosso Abandon  

*Felipe Massa a été disqualifié après la course. Voir ici

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Brésil
Sous-évènement Course
Circuit Autódromo José Carlos Pace
Type d'article Résumé de course
Tags résumé