Mercedes : Imiter Red Bull anéantirait nos chances de titre

Selon Mercedes, le développement d'une monoplace à forte inclinaison pour combler la perte d'appui aérodynamique empêcherait l'écurie allemande de remporter le Championnat du monde de Formule 1 en 2021.

Mercedes : Imiter Red Bull anéantirait nos chances de titre
Charger le lecteur audio

Mercedes, septuple Champion du monde de Formule 1 en titre, suggère que les nouvelles règles aérodynamiques mises en place cette saison ont favorisé les voitures à inclinaison vers l'avant élevée aux dépens des autres monoplaces moins extrêmes dans ce domaine. Du côté d'Aston Martin, qui utilise également des moteurs Mercedes et fait partie de ces écuries plus conservatrices, on estime qu'une seconde au tour a été perdue suite aux changements appliqués sur le fond plat.

Bien que Mercedes et Aston Martin soient en mesure de relever légèrement l'arrière de leurs monoplaces afin de récupérer une partie de l'appui aérodynamique perdu entre 2020 et 2021, il est impossible pour les deux écuries d'adopter une solution aussi extrême que celle de Red Bull, dont l'angle impressionne. Un changement en cours de saison nécessiterait une reconfiguration de la suspension arrière, ce qui est proscrit par le règlement, mais obligerait également les deux équipes à repartir d'une feuille blanche.

Lire aussi :

D'après Andrew Shovlin, ingénieur de course en chef de Mercedes, de nombreux mois de travail seraient nécessaires pour imiter Red Bull et forceraient la marque à l'étoile à faire une croix sur le titre. "Nous avons une voiture qui pourrait gagner le championnat si nous prenons des décisions intelligentes et si nous faisons du bon travail", explique-t-il.

"Mais qu'il s'agisse d'une inclinaison élevée ou plus faible, nous ne pouvons plus rien faire maintenant. Ce que nous ne pouvons absolument pas faire, c'est de dire que nous allons surélever l'arrière de notre voiture de 30 mm car cela marquerait la fin de notre saison. En faisant cela, nous serions vraiment perdants et il sera très difficile de remonter la pente."

Interrogé à son tour, Otmar Szafnauer, directeur d'Aston Martin, avoue que le gel du dessin de la suspension arrière rend impossible le développement d'un angle plus élevé en cours d'année.

"En 24 ans de carrière, et pour la première fois dont je me souvienne, nous avons dû homologuer la suspension en raison de la réglementation COVID", lance-t-il. "On ne pouvait la modifier qu'en utilisant nos jetons de suspension. Donc, même si nous voulions une hauteur de 150 mm à l'arrière, nous ne pourrions pas le faire."

Shovlin a déclaré que, bien qu'il soit possible que les nouvelles règles aient fait pencher la balance en faveur des voitures à forte inclinaison, Mercedes ne devrait pas perdre de temps à s'en soucier.

"Est-ce que ce règlement a plus handicapé les voitures à angle faible que les voitures à angle élevé ? Cela pourrait être le cas", avance le Britannique. "Je sais que [Red Bull] a remporté la dernière course [de 2020] mais, dans l'ensemble, nous étions devant en fin de saison et ce n'est plus le cas aujourd'hui. Donc, soit les règles nous ont fortement impacté, soit [Red Bull] a mené un développement plus rapide depuis l'application de la nouvelle réglementation. Mais c'est ainsi."

partages
commentaires

Voir aussi :

Le nouveau moteur Honda est un atout aérodynamique pour Red Bull
Article précédent

Le nouveau moteur Honda est un atout aérodynamique pour Red Bull

Article suivant

McLaren : "Trop tôt" pour évoquer l'impact des nouveaux fonds plats

McLaren : "Trop tôt" pour évoquer l'impact des nouveaux fonds plats
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021