Mercedes juge impossible de réduire la facture des moteurs

Mercedes affirme qu’il serait difficile de réduire les tarifs imposés à ses écuries clientes dans le seul but d’éliminer la menace de la venue d’un motoriste indépendant en Formule 1.

En revanche, le constructeur automobile allemand affirme être disposé à en discuter avec la FIA.

La FIA a fait part de son inquiétude quant aux coûts de plus en plus élevés exigés pour louer les unités de puissance, et milite en faveur de l’arrivée d’un motoriste indépendant qui offrirait des moteurs plus économiques. Mercedes déclare s’opposer à cette initiative car il serait, selon l’entreprise allemande, difficile de faire cohabiter deux types de moteurs différents.

Toutefois, Toto Wolff, directeur de la compétition chez Mercedes, dit comprendre pourquoi la FIA soutien cette idée et pourquoi elle désire réduire les coûts.

“Je crois qu’il est parfaitement légitime pour la FIA d’inciter les motoristes à baisser leurs tarifs, car si les moteurs deviennent moins chers, les petites écuries pourront fonctionner plus facilement”, déclare Wolff. “Je peux comprendre la position de la FIA. Par contre, à titre de motoriste, nous avons approuvé cette réglementation technique. Nous avons conçus et développé ces moteurs pour cette réglementation, et tout repose sur une analyse de rentabilité."

“Un segment de cette analyse concerne les revenus générés par la location de ces moteurs. Si cela change, nous devrons revoir nos calculs. C’est pour cette raison que nous avons des intérêts différents de ceux de la FIA. Mais pour le bien et l’avenir de la F1 en général, nous devons avoir cette discussion”.

Pas une œuvre de bienfaisance

Jean Todt, le président de la FIA, affirme qu’il est disposé à abandonner son idée de motoriste indépendant si les constructeurs acceptent d’abaisser le tarif de location de leurs moteurs à 11 millions d'euros par saison. Mais Wolff assure que ce montant est irréaliste, car selon lui les constructeurs ne peuvent pas autant subventionner leurs unités de puissance.

“Nous perdons déjà pas mal d’argent avec ces moteurs, vraiment beaucoup. La question est désormais de savoir à combien s'élèveront nos pertes si nous continuons à subventionner ces moteurs à certains de nos partenaires”, déclare Wolff.

“Nos partenaires s’attendent à recevoir le meilleur moteur sur le marché. Et afin de leur fournir le moteur le plus compétitif dans ce milieu extrêmement concurrentiel, nous devons investir beaucoup d’argent dans son développement. Personne ne nous a demandé comment nous comptions récupérer nos pertes, ou si quelqu’un allait nous aider à les récupérer”.

“Vous pouvez discuter pour savoir si le bénéfice marketing que vous tirez du développement est bon ou pas. Il faut se rappeler toutefois que nous évoluons dans un monde où nous faisons tous face à une réalité commerciale. Et cette réalité nous oblige à être aussi efficaces que possible et à tenter de récupérer autant d’investissements que possible. Il est utopique de croire que les actionnaires voudront transformer leur entreprise en une œuvre de bienfaisance. Il faut trouver un compromis tout en optimisant notre situation”.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Toto Wolff
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités