Mercedes méfiante après l’abandon de Nico Rosberg

partages
commentaires
Mercedes méfiante après l’abandon de Nico Rosberg
Par : René Fagnan
14 sept. 2015 à 17:19

La puissante écurie de Formule 1 Mercedes AMG a démontré à Monza qu’elle n’était pas invincible.

Toto Wolff, Président exécutif de Mercedes AMG F1 avec Niki Lauda, Président Non-Exécutif de Mercedes
Paddy Lowe, Directeur Exécutif de Mercedes AMG F1
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06 et Sebastian Vettel, Ferrari SF15-T au départ

L’abandon sur casse moteur de Nico Rosberg, en toute fin de course en Italie, a démontré que rien n’était garanti, et que tout pouvait survenir.

Les hommes de Mercedes savent bien que le tracé de Singapour recèle de difficultés, et que la course, tenue en soirée, verra son lot d’accrochages.

Monza ne fut pas un week-end facile pour nous”, explique Toto Wolff, directeur de Mercedes-Benz Motorsport.

"Nous deux pilotes ont été brillants, mais un seul a décroché le résultat qu’il méritait. Quand vous êtes dans une position comme la nôtre, vos attentes sont très élevées. Ce fut notre premier abandon de la saison, ce qui prouve que nous ne sommes pas invincibles. Tous les détails sont importants, et nous devons nous y attarder."

“Nous appris de nos pannes et nous visons un retour en force des deux voitures à l’avant à Singapour. Ce ne sera pas facile, car ce circuit représente un des tests les plus laborieux pour les hommes et les voitures. Nous devons faire de notre mieux ici, et lors de toutes les courses qui suivront”, de dire Wolff.

Un défi pour les freins

Nous avons quitté Monza à la fois satisfaits et déçus. Lewis a remporté une grande victoire. Toutefois, nous avons laissé tomber Nico à deux reprises avec deux pannes mécaniques, dont celle en course qui lui a coûté la troisième place”, explique Paddy Lowe, directeur technique exécutif.

Nous devons nous ressaisir pour Singapour. La saison est loin d’être terminée et les choses peuvent évoluer très vite. Cette course est ardue, surtout pour les freins. Le tracé comporte plusieurs zones de freinage, et la vitesse moyenne réduit les chances de refroidir les freins.

“La piste est bosselée et est bordée de vibreurs très élevés qui peuvent endommager la monoplace. Il est difficile de doubler, ce qui pimente beaucoup la course. Il y a souvent des contacts lors des dépassements. Les débris de carbone qui en résultent au sol obligent alors la voiture de sécurité à prendre la piste”, conclut Lowe.

Prochain article Formule 1
Photos - Le 14 septembre 2008, Vettel écrivait l'Histoire

Article précédent

Photos - Le 14 septembre 2008, Vettel écrivait l'Histoire

Article suivant

Haas - Nous allons surprendre la concurrence!

Haas - Nous allons surprendre la concurrence!

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Mercedes
Auteur René Fagnan
Type d'article Preview