Mercedes ne changera pas d'avis pour motoriser Red Bull

Toto Wolff a martelé que Mercedes ne fournira pas de moteurs à Red Bull la saison prochaine, assurant qu’aucune reprise des discussions n’avait eu lieu. 

Wolff et Niki Lauda ont longuement rencontré Bernie Ecclestone ce vendredi dans le paddock de Sotchi, mais le directeur de Mercedes Motorsport affirme que le Grand Argentier de la Formule 1 n’a pas cherché à essayer de renverser la décision de la firme à l’Etoile.

"C’était une conversation sur des sujets d’ordre général", a confié Wolff à Motorsport.com. "Honnêtement, nous n’avons pas discuté de ce sujet. Cela peut paraître étrange, nous avons une discussion chaque jour et c’était une discussion publique, mais il n’y avait rien de spectaculaire."

"Nous avons vraiment pris un certain temps pour analyser la situation pendant l’été. Nous avons essayé de comprendre quelle était la situation de Red Bull, et nous attendions un retour, puis finalement quand les choses n’ont pas bougé nous avons décidé de poursuivre notre stratégie actuelle de fournir Williams et des équipes indépendantes, sans continuer avec l’option Red Bull."

"Nous n’avons pas changé d’avis. C’était un peu confus au début de la semaine avec certains propos, mais ça n’a pas changé. Nous avons trois équipes clientes qui s’ajoutent à nous, et c’est le modèle avec lequel nous voulons travailler."

Mercedes fidèle à son modèle

En début de semaine, Christian Horner a indiqué que des discussions étaient toujours en cours avec deux motoristes, laissant penser que Mercedes était l’un d’entre eux, avec Ferrari. Finalement, le constructeur allemand a choisi de sceller un accord avec Manor, officialisé la semaine dernière. 

"L’accord avec Manor n’a rien à voir avec Red Bull", précise Wolff. "Il y avait de nombreux autres facteurs qui ont mené à la décision de ne pas continuer [à discuter avec Red Bull], qui venaient vraiment des premières discussions."

Quoi qu’il en soit, si Ferrari refuse également de fournir des moteurs à Red Bull, Wolff ne pense pas que l’équipe italienne et la sienne seront vues négativement en raison de leur refus : "Chaque équipe est responsable de la gestion de ses affaires, et c’est pourquoi je ne pense pas que tout ça arrivera."

En revanche, l’Autrichien ne souhaite pas devoir en arriver à la nécessité d’aligner trois voitures par équipe pour faire face à l’éventuel retrait de Red Bull. 

"Nous devons tout essayer et faire de notre mieux pour garder Red Bull et Toro Rosso, car c’est une grande marque qui a fait beaucoup pour la F1", insiste-t-il. "Si cela arrivait, la solution serait celle des troisièmes voitures. Mais je préférerais que ce soit résolu en premier lieu, et avoir Red Bull, puis trois voitures pour une grille vraiment fournie de 24 ou 26 voitures."

"Il est clair que peu de monde souhaite avoir une troisième voiture, pour des raisons valables ou non. Si Red Bull et Toro Rosso restent, nous aurons de toute manière 22 voitures l’an prochain."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing , Mercedes
Type d'article Actualités
Tags moteur, toto wolff, unité de puissance