Mercedes : L'avantage du nouveau moteur ne va pas durer

Après la démonstration d'Interlagos, Mercedes estime que l'avantage en puissance tiré par Lewis Hamilton de son nouveau moteur à combustion interne ne durera pas longtemps.

Mercedes : L'avantage du nouveau moteur ne va pas durer

Vainqueurs d'une course qu'il démarrait dixième, après avoir terminé cinquième la veille des Qualifs Sprint en s'élançant depuis le dernier rang, Lewis Hamilton et sa Mercedes W12 ont impressionné lors du Grand Prix de São Paulo. Parmi les éléments de réponse quant au niveau de performance affiché, le fait d'avoir monté un moteur à combustion interne neuf est en bonne position.

L'écurie septuple Championne du monde n'a pas caché que la dégradation de la performance de ses unités de puissance était dernièrement bien plus élevée qu'auparavant, notamment en lien avec des soucis de fiabilité qui ont grandement impacté jusqu'ici sa campagne. Même s'il a fallu écoper d'une pénalité de cinq positions sur la grille de départ dimanche, elle a été vite effacée par la remontée tranchante de Hamilton dans les premiers tours et sa victoire autoritaire par la suite.

Red Bull Racing a expliqué après l'épreuve chercher des réponses à l'avantage de vitesse démontré par Mercedes, avançant l'idée que l'aileron arrière de la W12 pourrait être flexible à haute vitesse afin de réduire la traînée. Du côté de Mercedes, si l'on se veut plus confiant quant aux questions de fiabilité, la perte de puissance progressive devrait à nouveau faire son office avec ce moteur monté au Brésil.

"Il y a une baisse de performance avec n'importe quel moteur", a expliqué Toto Wolff, le directeur exécutif de la structure allemande. "Cela signifie que, même si nous allons courir avec ce moteur jusqu'à la fin de la saison, nous allons certainement perdre en performance."

La décision de Mercedes d'installer une autre unité de puissance à Hamilton au Brésil fait que l'équipe estime pouvoir aller jusqu'à la fin de la campagne sans avoir besoin d'autres changements. "Oui, absolument", a déclaré Wolff. "Nous allons jusqu'à la fin de la saison désormais avec ce moteur. Nous avons encore des interrogations sur la fiabilité, mais nous espérons avoir eu les bonnes réponses, et nous allons jusqu'au bout."

Le responsable de l'ingénierie de piste de Mercedes, Andrew Shovlin, a expliqué que le choix du moment où il fallait changer de moteur avait été déclenché par le fait qu'un gain de vitesse en ligne droite à Interlagos serait particulièrement précieux.

"Il n'y avait pas de raison technique de changer, c'est-à-dire que nous ne pensions pas que nous risquions de tomber en panne et nous ne pensons pas que nous étions en danger, bien que ces unités de puissance soient terriblement sollicitées et que vous ne puissiez jamais prendre la fiabilité pour acquise."

"Il est intéressant de prendre une pénalité lors d'une course sprint car si vous pouvez gagner le samedi, vous pouvez marquer plus de points et réduire un déficit. C'était aussi un circuit sur lequel nous espérions pouvoir doubler et récupérer des positions, et nous l'avons prouvé lors des deux dernières journées."

"Vous voulez également avoir ces choses dans le stock parce que, une fois à Abu Dhabi, vous ne pourrez pas en profiter pendant plus d'une course. Il y a donc un certain nombre de raisons et ce n'est jamais noir ou blanc, mais à la réflexion, nous avons choisi un bon circuit pour le faire."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Ferrari pourrait perdre son sponsor titre actuel
Article précédent

Ferrari pourrait perdre son sponsor titre actuel

Article suivant

Ferrari : La remontée de Hamilton, un argument pour la grille inversée

Ferrari : La remontée de Hamilton, un argument pour la grille inversée
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021