Mercedes a forcé Hamilton à utiliser les tendres en fin de Q2

Mercedes a expliqué pourquoi avoir choisi de faire s'élancer Lewis Hamilton en pneus tendres en fin de Q2 du GP de Russie 2020, au lieu de rester sur des mediums.

Mercedes a forcé Hamilton à utiliser les tendres en fin de Q2
Charger le lecteur audio

Après une sortie trop au large qui a entraîné l'annulation de son premier chrono de Q2 et un drapeau rouge qui l'a empêché d'aller au terme de sa seconde tentative, Lewis Hamilton a dû se résoudre à abandonner le plan initial, qui était de passer en Q3 avec les mediums pour s'élancer avec ce dimanche, afin de chausser les tendres dans les deux minutes et 15 secondes restantes en Q2 après le feu vert.

Le Britannique souhaitait initialement réaliser un second tour lancé directement après l'annulation de son premier temps, mais l'écurie a expliqué que la Mercedes n'embarquait pas suffisamment de carburant pour le faire. "C'était totalement prévu", a expliqué Toto Wolff, le directeur exécutif de l'équipe, sur la décision de faire rentrer Hamilton. "Nous ne pouvions pas faire un autre tour, car il n'avait pas assez d'essence."

Lire aussi :

Ce dimanche, Hamilton devra donc débuter la course en pneus tendres contre des mediums pour Max Verstappen et Valtteri Bottas, ses adversaires directs. Une situation pas idéale dans laquelle le sextuple Champion du monde ne souhaitait pas se trouver, au point d'implorer l'écurie de lui laisser tenter sa chance avec les enveloppes jaunes en fin de Q2.

"Je voulais ressortir en mediums, car évidemment je ne voulais pas démarrer avec les pneus tendres", a expliqué Hamilton en réponse à une question de Motorsport.com. "Mais nous devions attendre à la fin de la pitlane pendant deux minutes, et les températures auraient énormément chuté."

"Ce n'était clairement pas super, et j'ai plaidé pour avoir le medium mais ils ont refusé. Naturellement, je pense que nous allons avoir une discussion en fin de compte pour savoir si c'était une bonne ou une mauvaise chose, mais ça n'a plus d'importance désormais, c'est passé, donc nous allons devoir faire avec ce que nous avons."

Lire aussi :

Hamilton a franchi la ligne de chronométrage une grosse seconde avant que le drapeau à damier ne soit abaissé pour signifier la fin de la Q2 et signé un tour qui lui a permis d'éviter d'être coincé en 15e position sur la grille sans chrono. Son ingénieur Peter Bonnington lui a intimé l'ordre de presser le pas en fin de tour de préparation alors que le temps commençait à manquer.

Wolff a expliqué pourquoi Mercedes n'avait pas envoyé son pilote directement en tête de la file des voitures en bout de ligne des stands et pourquoi le choix des tendres s'était imposé. "Nous ne pouvions vraiment pas l'envoyer tôt, car il faut éteindre la voiture et la redémarrer sur le MGU-K, ce que nous ne pouvons pas faire."

"Nous estimions que s'il était en queue de peloton, et qu'il ne pouvait pas faire le tour de sortie qu'il fallait, nous aurions pu être piégés car le medium n'aurait pas encore été au niveau. C'est pourquoi nous l'avons placé sur le tendre, qui le compromet clairement pour la stratégie demain mais était un garde-fou nécessaire aujourd'hui pour s'assurer qu'il serait présent en Q3."

Avec Luke Smith et Alex Kalinauckas

partages
commentaires

Voir aussi :

Quand Bottas était un Champion du monde en puissance
Article précédent

Quand Bottas était un Champion du monde en puissance

Article suivant

Albon et Latifi pénalisés sur la grille de départ à Sotchi

Albon et Latifi pénalisés sur la grille de départ à Sotchi
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021