Mercedes ouvert à une révision de la répartition des revenus

Directeur de l’écurie Mercedes, Toto Wolff s’est dit ouvert à une éventuelle révision du système de redistribution des revenus en F1, soulevée cette semaine par Bernie Ecclestone.

Mercedes ouvert à une révision de la répartition des revenus
Paddy Lowe, Directeur Exécutif Mercedes AMG F1, Toto Wolff, Directeur Exécutif Mercedes AMG F1
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team
Toto Wolff, Paddy Lowe et Bernie Ecclestone
Maurizio Arrivabene, Team Principal Ferrari avec Toto Wolff, Directeur Exécutif de Mercedes AMG F1
Toto Wolff, directeur de Mercedes AMG F1
Bernie Ecclestone
Sebastian Vettel, Ferrari, avec Bernie Ecclestone sur la grille
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team
Bernie Ecclestone
Sebastian Vettel, Ferrari, avec Bernie Ecclestone

Ce système permet actuellement à Ferrari de recevoir des paiements supplémentaires en raison de son statut d’équipe historique. Il octroie également des avantages annuels conséquents aux écuries Red Bull, Mercedes, McLaren et Williams, qui s’ajoutent aux revenus récoltés via leur classement au Championnat du monde. 

Trois facteurs déterminants

Alors que cette répartition déplaît de plus en plus fortement aux petites équipes, Bernie Ecclestone a évoqué la possibilité de le revoir pour le rendre plus équitable. Dans le paddock de Spielberg, le grand argentier de la F1 a rencontré Toto Wolff à ce sujet. 

"Nous avons eu une longue discussion sur des sujets variés, et l’un d’entre eux concernait la façon de redistribuer les revenus", a confirmé Wolff. "Je crois que c’est dans l’intérêt de tout le monde d’avoir de la stabilité sur le long terme, et nous avons discuté de différents modèles."

"Je crois que nous pouvons bâtir quelque chose avec plusieurs socles. Nous pouvons le construire avec un paiement de base, qui est important pour savoir combien on a, avec un paiement relié à la performance, et un à la performance historique. Je dirais que ces trois éléments représentent une bonne voie à suivre."

À condition, selon lui, de trouver le bon équilibre pour que chaque critère soit considéré à sa juste valeur. 

Toujours plus de revenus

Pour l’Autrichien, la clé reste avant toute chose que la Formule 1 puisse continuer à enregistrer des revenus en constante hausse.

"Le business de Bernie est rentable, et il est chaque année plus florissant", rappelle-t-il. "Les revenus que nous sommes capables de générer en dehors de la télévision, du sponsoring et des droits d’entrée augmentent chaque année. Je me souviens que, lorsque j’étais chez Williams en 2009, une cinquième place de l’équipe aurait rapporté 35 à 40 millions de dollars. Aujourd’hui, une cinquième place rapporterait probablement 30 à 40% de plus."

"Bernie fait grossir le business de manière très rentable. Et ça continue, parce que les contrats sont sur le long terme. Ils viennent juste de signer un nouveau contrat télévisuel, ils signent des contrats pluriannuels avec des circuits, et c’est donc plutôt visible que le business est solide actuellement."

Déjà une prime à la performance

Comme l’a révélé avant lui Bernie Ecclestone, Wolff insiste également sur le fait qu’une grande partie des revenus records enregistrés par Mercedes est due à ses performances sportives, avec une prime extrêmement forte négociée en cas de doublé au Championnat constructeurs, ce que le constructeur allemand a réalisé en 2014 et 2015. 

"Peut-être que le modèle Mercedes mis en place par Bernie en 2012 est une base de ce que ça pourrait être à l’avenir", ne manque pas de préciser Wolff. "Nous avons touché des bonus car nous avons été performants. Si vous gagnez ces titres, vous pouvez augmenter vos revenus. Nous avons signé pour ça, alors pour nous ça ne serait pas différent. Bernie pensait que nous ne gagnerions jamais deux saisons de suite, c’est ce que l’on appelle la théorie du cygne noir, et ça arrive encore."

Quant au statut à part de Ferrari, Wolff ne verrait pas d’inconvénient à ce qu’il soit maintenu, estimant qu’il est largement justifié par la présence historique de la Scuderia depuis le début de l’histoire de la Formule 1, ainsi que par ses résultats. 

"Je crois qu’il est très clair que Ferrari est l’équipe la plus emblématique en F1. Ils n’auront aucun problème à démontrer qu’ils ont un niveau de performance historique, et qu’ils ont une valeur incroyable pour la discipline. Alors je ne vois pas de problème avec ça."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Ricciardo intrigué par son manque de rythme face à Verstappen

Article précédent

Ricciardo intrigué par son manque de rythme face à Verstappen

Article suivant

Sainz - Toro Rosso doit mieux faire en qualifications

Sainz - Toro Rosso doit mieux faire en qualifications
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021