Mercedes va réduire de moitié son investissement en F1

Le grand patron de Mercedes a donné les grandes lignes des trois prochaines années pour l'engagement de Mercedes en F1, avec l'intention très claire de réduire les dépenses.

Mercedes va réduire de moitié son investissement en F1

Conforter son engagement en F1 tout en s'attachant à en réduire le coût : c'est la stratégie confirmer par le groupe Daimler cette semaine, dans la droite ligne des précédentes déclarations. Grand patron de la firme allemande, Ola Källenius s'est montré très clair devant la presse en rappelant qu'il était hors de question de renoncer à la catégorie reine. "Nous avons aussi peu de raisons de quitter la Formule 1 que le Bayern Munich en a de quitter le football", a-t-il insisté dans des propos rapportés par l'agence Reuters.

Lire aussi :

Néanmoins, pas question non plus de dépenser aveuglément dans la discipline. Ainsi, le groupe Daimler entend moins mettre la main au portefeuille, dans une logique d'indépendance accrue de l'écurie de Formule 1, de réduction des coûts impliquée par le futur plafonnement des budgets, et de liens resserrés entre l'entité F1 et la marque AMG. "L'impact financier net sera réduit de moitié au cours des trois prochaines années", annonce Ola Källenius. "Nous avons même un objectif de réduction des coûts encore plus agressif en Formule 1 que pour le reste de l'entreprise."

Actionnaire et directeur de la branche sportive de Mercedes – sans que son avenir ne soit connu pour le moment –, Toto Wolff approuve la stratégie voulue par le grand patron. L'Autrichien souligne lui aussi en premier lieu l'implication nécessaire de la marque en F1. "Je pense que c'est dans l'ADN de Mercedes de faire de la course", avance-t-il. "La première Mercedes était une voiture de course, et nous construisons à la fois des voitures de série et des voitures de course."

Le rapprochement à venir entre l'écurie et la marque AMG offrira une meilleure visibilité à cette dernière, mais rien ne remet en cause l'engagement sous le nom de Mercedes.

"La nouvelle stratégie est de donner aux sous-marques une plus grande plateforme marketing", explique Toto Wolff. "On parle d'AMG, d'EQ, de Maybach : chacune de ces marques a besoin d'un objet spécifique, et AMG est notre marque haute performance. Les Formule 1 sont des voitures haute performance. Le nom ne Mercedes ne va pas disparaître de la Formule 1, au contraire, ce sera toujours une Mercedes, le châssis sera toujours Mercedes, le nom de l'équipe sera toujours Mercedes, et nous sommes tous des employés de Mercedes. Mais en plus de ça, nous sommes aussi AMG. Nous représentons AMG en tant que marque haute performance et nous voulons en améliorer la visibilité, le transfert de technologie entre les deux entités, et juste donner plus d'exposition pour ce qui se passe entre AMG et Mercedes F1."

partages
commentaires
Qui mènera d'éventuelles négociations entre Red Bull et Renault ?
Article précédent

Qui mènera d'éventuelles négociations entre Red Bull et Renault ?

Article suivant

L'histoire de la F1 ne doit pas être une "camisole" pour le changement

L'histoire de la F1 ne doit pas être une "camisole" pour le changement
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021