Mercedes va réduire de moitié son investissement en F1

Le grand patron de Mercedes a donné les grandes lignes des trois prochaines années pour l'engagement de Mercedes en F1, avec l'intention très claire de réduire les dépenses.

Mercedes va réduire de moitié son investissement en F1
Charger le lecteur audio

Conforter son engagement en F1 tout en s'attachant à en réduire le coût : c'est la stratégie confirmer par le groupe Daimler cette semaine, dans la droite ligne des précédentes déclarations. Grand patron de la firme allemande, Ola Källenius s'est montré très clair devant la presse en rappelant qu'il était hors de question de renoncer à la catégorie reine. "Nous avons aussi peu de raisons de quitter la Formule 1 que le Bayern Munich en a de quitter le football", a-t-il insisté dans des propos rapportés par l'agence Reuters.

Lire aussi :

Néanmoins, pas question non plus de dépenser aveuglément dans la discipline. Ainsi, le groupe Daimler entend moins mettre la main au portefeuille, dans une logique d'indépendance accrue de l'écurie de Formule 1, de réduction des coûts impliquée par le futur plafonnement des budgets, et de liens resserrés entre l'entité F1 et la marque AMG. "L'impact financier net sera réduit de moitié au cours des trois prochaines années", annonce Ola Källenius. "Nous avons même un objectif de réduction des coûts encore plus agressif en Formule 1 que pour le reste de l'entreprise."

Actionnaire et directeur de la branche sportive de Mercedes – sans que son avenir ne soit connu pour le moment –, Toto Wolff approuve la stratégie voulue par le grand patron. L'Autrichien souligne lui aussi en premier lieu l'implication nécessaire de la marque en F1. "Je pense que c'est dans l'ADN de Mercedes de faire de la course", avance-t-il. "La première Mercedes était une voiture de course, et nous construisons à la fois des voitures de série et des voitures de course."

Le rapprochement à venir entre l'écurie et la marque AMG offrira une meilleure visibilité à cette dernière, mais rien ne remet en cause l'engagement sous le nom de Mercedes.

"La nouvelle stratégie est de donner aux sous-marques une plus grande plateforme marketing", explique Toto Wolff. "On parle d'AMG, d'EQ, de Maybach : chacune de ces marques a besoin d'un objet spécifique, et AMG est notre marque haute performance. Les Formule 1 sont des voitures haute performance. Le nom ne Mercedes ne va pas disparaître de la Formule 1, au contraire, ce sera toujours une Mercedes, le châssis sera toujours Mercedes, le nom de l'équipe sera toujours Mercedes, et nous sommes tous des employés de Mercedes. Mais en plus de ça, nous sommes aussi AMG. Nous représentons AMG en tant que marque haute performance et nous voulons en améliorer la visibilité, le transfert de technologie entre les deux entités, et juste donner plus d'exposition pour ce qui se passe entre AMG et Mercedes F1."

partages
commentaires
Qui mènera d'éventuelles négociations entre Red Bull et Renault ?
Article précédent

Qui mènera d'éventuelles négociations entre Red Bull et Renault ?

Article suivant

L'histoire de la F1 ne doit pas être une "camisole" pour le changement

L'histoire de la F1 ne doit pas être une "camisole" pour le changement
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021