Mercedes veut toujours des réponses sur l'accord FIA/Ferrari

Si Mercedes a pris du recul sur l'affaire de l'accord entre la FIA et Ferrari concernant le moteur de la Scuderia, l'écurie anglo-allemande revient à la charge maintenant qu'est passé le point culminant de la pandémie de COVID-19 en Europe.

Mercedes veut toujours des réponses sur l'accord FIA/Ferrari

La FIA a annoncé fin février avoir trouvé un accord confidentiel avec Ferrari concernant la légalité de l'unité de puissance 2019 de la Scuderia, qui avait déjà fait l'objet de soupçons de la part de la concurrence – bien qu'aucune réclamation n'ait été déposée. Les sept écuries n'étant pas motorisées par le Cheval Cabré ont menacé d'aller en justice pour faire la lumière sur cette affaire, mais Mercedes s'était mis en retrait à l'aube du Grand Prix d'Australie, qui a été annulé à la dernière minute.

Lire aussi :

"Nous n'avons pas laissé tomber", tempère néanmoins Toto Wolff, directeur de l'écurie à l'étoile. "Nous avons décidé à Melbourne qu'au début de la saison, ce n'était pas le moment opportun pour cette polémique supplémentaire, dans un contexte où le coronavirus s'aggravait vraiment en Italie. À notre époque de transparence, une bonne gouvernance est extrêmement importante. Peut-être bien que la gouvernance [de la FIA] a été bonne, mais si l'on ne le sait pas, c'est difficile à juger."

"La position dans laquelle nous sommes est la suivante : nous surveillons la situation. Nous ne sommes pas contents de ce qui s'est passé l'an dernier. Nous avons dû redoubler d'efforts pour être compétitifs face à Ferrari, c'était difficile à gérer. Attendons de voir comment la saison va commencer, puis nous réévaluerons la situation entre nous et sûrement avec les autres équipes."

Mattia Binotto, Team Principal, Ferrari, et Toto Wolff, directeur exécutif, Mercedes AMG

Directeur de Red Bull Racing, Christian Horner est sur la même longueur d'onde : "Cela fait mauvais genre qu'un accord ait été trouvé au sujet de la légalité et de la conformité d'une voiture. Tout de suite, on se demande ce qui est dans cet accord, ce qu'il comprend. Pour nous, une voiture est soit légale, soit illégale. Ces questions ont été soulevées avec la FIA. La FIA a dit que cela ne la dérangerait pas de révéler ce document, mais elle a évidemment besoin de l'accord des autres signataires."

"Qu'il y ait des accords privés à ce sujet ne fait que renforcer les soupçons. Le plus sain serait donc de rendre ça public pour que tout le monde voie ce que cela comprend. La FIA a dit qu'elle voulait bien le faire. Ce serait bien que Ferrari accepte de faire pareil, afin d'en finir avec cette affaire."

PDG de McLaren Racing, Zak Brown exprime le même souhait que ses pairs mais n'est pas très optimiste quant à une éventuelle collaboration de Ferrari sur le sujet. "Ce serait bien comprendre ce qui s'est passé, ce qu'ils ont découvert, quelle est la solution", indique Brown. "Au bout d'un moment, on referme le chapitre de l'année précédente, tant qu'on a le sentiment que ça a été traité. Dans le monde transparent d'aujourd'hui, je pense qu'il serait bien de comprendre quelle était l'affaire. Mais on ne dirait pas qu'ils vont communiquer là-dessus de sitôt."

Lire aussi :

En effet, la Scuderia défend sa position par la voix de son directeur Mattia Binotto, estimant qu'il serait néfaste pour elle que la concurrence puisse obtenir des informations sur son unité de puissance. "Je pense que la réponse est simple : il n'y a pas eu d'infraction claire de la réglementation, sinon nous aurions été disqualifiés. Quant à ce qu'il nous faudrait expliquer, au niveau de la propriété intellectuelle... Personne dans le paddock n'aurait envie de publier son design dans ce projet", conclut Binotto.

partages
commentaires

Voir aussi :

Binotto juge "normal et évident" que Vettel soit surpris

Article précédent

Binotto juge "normal et évident" que Vettel soit surpris

Article suivant

Pas d'évolutions moteur pour Renault et Ferrari en 2020

Pas d'évolutions moteur pour Renault et Ferrari en 2020
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021