Mercedes doit absolument faire sauter le verrou du marsouinage

Pour redresser la tête, Mercedes concentre toute son attention sur le marsouinage qui pourrit la vie de Lewis Hamilton et George Russell depuis le début de la saison.

Mercedes doit absolument faire sauter le verrou du marsouinage
Charger le lecteur audio

La situation technique et sportive de Mercedes est préoccupante mais pas désespérée. C'est ce sur quoi insiste Toto Wolff après un week-end une nouvelle fois compliqué pour son écurie, à Imola, où seul George Russell a inscrit les points de la quatrième place, tandis que Lewis Hamilton a terminé à une anonyme 13e position.

Depuis le début de la saison, l'écurie de Brackley doit composer avec un marsouinage beaucoup trop important sur sa W13. Par conséquent, il a fallu se résoudre à augmenter la hauteur de caisse dans des proportions compromettant l'appui aérodynamique et les temps au tour. L'objectif pour les prochains rendez-vous, à Miami puis Barcelone, est de régler ce casse-tête qui pourrait alors libérer de la performance.

"Nous croyons vraiment que la science que nous mettons actuellement en place nous aidera à faire rouler la voiture plus bas", explique Toto Wolff, directeur de Mercedes. "C'est là que nous pensons avoir toutes les qualités aérodynamiques, mais nous n'avons pas pu les débloquer en raison du talonnage de la voiture. Si nous sommes en mesure de le faire, ça veut dire que nous pourrons trouver beaucoup de temps au tour. Sinon, il faudra avoir une autre idée."

Mercedes ne nie pas avoir du travail dans plusieurs domaines pour revenir au niveau de Ferrari et Red Bull mais se concentrer sur ce point faible du marsouinage est une priorité pour réaliser le bond en avant espéré.

"Le problème fondamental qui, d'une certaine manière, éclipse tout le reste, est que notre voiture a plus de marsouinage que les autres", précise Toto Wolff. "À cause du marsouinage, nous ne sommes pas en mesure de rouler comme nous le voudrions, et ça a d'énormes répercussions sur les réglages, sur l'adhérence, etc. L'un est lié à l'autre. Je pense que si nous parvenons à maîtriser le marsouinage, nous débloquerons beaucoup plus de performance sur la voiture. Si nous n'y arrivons pas, il y a d'autres voies de développement plus conventionnelles qui n'ont pas encore été empruntées. Je veux que l'on se donne le temps de prendre correctement une telle décision."

Dans l'immédiat, le niveau de Mercedes n'est pas à la hauteur des attentes, et encore moins de celles d'un Lewis Hamilton qui a rapidement été réconforté par Toto Wolff à la radio après l'arrivée. Des excuses qui ne sont pas passées inaperçues et que le patron justifie.

"C'est juste que la voiture était inconduisible, comme elle l'était déjà", rappelle-t-il. "On le voit en ligne droite, à la manière dont elle rebondit. Je me demande même parfois comment tous les deux parviennent à la maintenir sur la piste. Et Lewis mérite mieux de notre part. Mais nous sommes une équipe, donc nous devons faire le maximum afin de lui fournir une machine capable de se battre pour les premières places."

Lire aussi :

partages
commentaires

Ricciardo prend la responsabilité de l'accrochage avec Sainz

Le doublé à Imola est "l'un des meilleurs résultats" pour Red Bull