Mercedes compense en courbe la vitesse de pointe des Ferrari

Le directeur de Mercedes, Toto Wolff, a reconnu une grande surprise de ne pas avoir vu ses voitures être dépassées en ligne droite par les Ferrari, et pense que c'est l'aisance de ses voitures dans les virages qui a permis cette défense.

Mercedes compense en courbe la vitesse de pointe des Ferrari
Charger le lecteur audio

Le rythme des Ferrari avait impressionné à Bahreïn, et notamment dans les lignes droites, où l'avantage supposé des monoplaces italiennes se portait à une demi-seconde par tour. Une situation qui faisait craindre à Mercedes une domination de son rival en Chine, où la ligne droite du circuit de Shanghai semblait donner un avantage conséquent à la Scuderia.

"Oui, je pensais que leur avantage dans les lignes droites, spécialement durant les premiers tours, serait un danger pour nous. Et d'autant plus lorsque le DRS était actif", reconnaît Wolff. "Nous ne les avons pas vu s'approcher, donc je pense que notre sortie du virage 13 vers la ligne droite principale était très bonne. Nous étions capable de créer un petit écart à cet endroit, et ils n'ont jamais pu se rapprocher assez. Mais c'était une surprise."

Lire aussi :

Pour compenser le manque d'appui aérodynamique de sa SF90, Ferrari a augmenté la charge sur l'aileron arrière en cours de week-end, sacrifiant un peu de son avantage en vitesse de pointe. Malgré tout, Wolff assure avoir été impressionné par "une performance en ligne droite encore très solide".

"En course, ce n'était pas aussi fort qu'en qualifications, mais c'est encore impressionnant. Chaque équipe doit trouver le bon équilibre entre la puissance de la traînée et le niveau d'appui. On veut une voiture avec de la traînée, pour être rapide dans les virages, mais sans pour autant perdre du temps en ligne droite. Et parvenir à cet équilibre est très difficile."

Son homologue chez Ferrari, Mattia Binotto, juge de son côté que l'avantage de son équipe dans les lignes droites est loin d'être évident. Malgré un net avantage à Bahreïn, il rejoint l'avis de Charles Leclerc, qui expliquait également en Chine que Mercedes est "bien plus proche que ce qu'ils essaient de faire penser aux gens."

"Si vous regardez la vitesse des Mercedes ce week-end, je pense qu'ils étaient tout aussi forts", a déclaré Binotto à Shanghai. "Donc peut-être que nous devrions leur demander comment ils font pour être aussi bons ce week-end. Mais je ne pense pas qu'il y ait beaucoup [de différence] en ligne droite entre nous et les autres."

Ferrari devra résoudre la même équation à Bakou, où la ligne droite de 1,6 km jouera en sa faveur, mais où le reste du circuit est composé de virages serrés qui demanderont de l'appui. Face à cela, Binotto ne se veut pas aussi optimiste pour Ferrari que certains le laissent entendre : "Bakou est un circuit où on a une configuration aéro différente. Il n'y a pas que la ligne droite, il y a beaucoup de virages, c'est un circuit en ville et de fait, très difficile."

partages
commentaires
Red Bull n'a aucun objectif de victoires en 2019
Article précédent

Red Bull n'a aucun objectif de victoires en 2019

Article suivant

Racing Point utilisera bientôt la soufflerie Mercedes

Racing Point utilisera bientôt la soufflerie Mercedes
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021