Michelin n'a même pas répondu à l'appel d'offres de la FIA

Alors que la FIA a annoncé que Pirelli sera le prochain manufacturier unique de pneus en Formule 1, Michelin a de son côté fait savoir qu'il ne s'était finalement même pas porté candidat

Alors que la FIA a annoncé que Pirelli sera le prochain manufacturier unique de pneus en Formule 1, Michelin a de son côté fait savoir qu'il ne s'était finalement même pas porté candidat.

Longtemps annoncé comme l'un des manufacturiers possibles, avec Pirelli et Avon Cooper, Michelin n'a en réalité pas répondu à l'appel d'offres de la FIA, qui cherchait à remplacer Bridgestone.

"On nous avait posé la question de savoir si on était prêt à fournir des pneus pour la F1 avec les règlements de 2010. On n'a pas répondu à cet appel d'offres, dans un contexte où les règlements actuels resteraient en vigueur en 2011," a déclaré Nick Shorrock, directeur de la compétition de Michelin, au journal français L'Equipe.

"Nous avons discuté avec les instances de la F1. Nous avons fait des propositions pour favoriser le spectacle. Etre capable de préserver, avoir un impact positif sur l'environnement tout en maîtrisant le coût et bien sûr dans un contexte où il y a une compétition multi-manufacturiers. Mais le règlement n'a pas changé."

Fin 2006, Michelin avait annoncé son départ suite à la décision de la FIA qui souhaitait un manufacturier unique en Formule 1. Équipant plus de la moitié des équipes du plateau, la marque française était favorite mais n'approuvait pas cette décision, voulant à tout prix une concurrence avec un ou plusieurs autres fabricants de pneumatiques. Bridgestone avait alors remporté l'appel d'offres à l'époque.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités