Schumacher ne va pas oublier son tête-à-queue de sitôt

Mick Schumacher avait pour objectif de franchir la ligne d'arrivée pour son premier Grand Prix en Formule 1 ; c'est chose faite, même si une faute de pilotage empêche une totale satisfaction.

Schumacher ne va pas oublier son tête-à-queue de sitôt

Au volant d'une Haas VF-21 qui est clairement la monoplace la moins compétitive du plateau, Mick Schumacher ne pouvait espérer grand-chose pour son premier Grand Prix en Formule 1. À Bahreïn, le rookie allemand a dominé son coéquipier Nikita Mazepin en matière de performance tout au long du week-end, franchissant la ligne d'arrivée à la 16e et dernière place, 48 secondes derrière l'Aston Martin de Sebastian Vettel (38 secondes après application d'une pénalité pour l'Allemand). Finir la course, c'était son principal objectif.

Lire aussi :

Schumacher peut toutefois regretter d'avoir perdu une dizaine de secondes dans un tête-à-queue au quatrième tour, juste après l'intervention de la voiture de sécurité consécutive à l'accident de Mazepin au départ.

"En général, je pense que je devrais me dire content", commente le pilote Haas. "Je suis un peu dégoûté de l'erreur au virage 4 au restart, forcément. La voiture a fait une embardée, et c'est arrivé si vite que j'en ai perdu le contrôle instantanément et je suis parti en tête-à-queue. Seizième, ça paraît mieux qu'en réalité, nous avons fini derniers, mais je pense quand même que nous avons fait tout ce que nous devions faire. Nous avons passé en revue toutes les choses que nous voulions tester et je pense vraiment mieux comprendre la voiture, et je vais retenir ça pour le prochain week-end."

"J'ai probablement été trop enthousiaste par rapport à l'adhérence que nous avions après le départ avorté, la voiture de sécurité, etc. C'est vraiment quelque chose que j'ai appris et que je vais retenir pour le prochain week-end. Maintenir l'adhérence dans les pneus était très difficile. Les pneus ont refroidi très vite pendant la voiture de sécurité, au restart j'ai essayé de vraiment me concentrer sur la mise en température. C'était juste vraiment dur, et bien sûr la voiture est devenue très imprévisible en conséquence, c'est pourquoi j'ai commis une erreur au virage 4. Mais après ça, ça s'est relativement bien passé. Nous avons fait un très bon relais en C2, c'était très bien." Schumacher a chaussé les pneus durs au même moment (au 33e passage) qu'un autre rookie, Yuki Tsunoda, sur qui il a ensuite perdu une bonne seconde et demie au tour, au volant d'un bolide clairement inférieur.

Une bévue telle que ce tête-à-queue fait en tout cas partie du processus d'apprentissage classique d'un pilote de Formule 1. "J'ai commis une erreur, et c'est quelque chose que je ne vais pas oublier de sitôt. Je vais essayer de la comprendre, puis tourner la page et en tirer des leçons", conclut Schumacher, qui tentera de faire mieux à Imola.

Propos recueillis par Erwin Jaeggi

partages
commentaires
Red Bull prévoit des évolutions pour la RB16B dès Imola

Article précédent

Red Bull prévoit des évolutions pour la RB16B dès Imola

Article suivant

Pérez doit changer son style de pilotage pour réussir chez Red Bull

Pérez doit changer son style de pilotage pour réussir chez Red Bull
Charger les commentaires
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021