Mika Hakkinen: "Impossible de désigner un vainqueur"

Double champion du monde 1998 et 1999 avec McLaren Mercedes, Mika Hakkinen a mis un terme à sa carrière de pilote F1 il y a une dizaine d'années déjà

Double champion du monde 1998 et 1999 avec McLaren Mercedes, Mika Hakkinen a mis un terme à sa carrière de pilote F1 il y a une dizaine d'années déjà. Dans une interview pour Pitlane Magazine, il nous fait profiter de son expérience pour commenter la F1 d'aujourd'hui.

Le championnat cette année est très serré et fort intéressant. Chacun y va de son pronostic, annonçant tel ou tel pilote comme favori. Mika, quant à lui, relativise: “Nous ne sommes qu'à la moitié de la saison maintenant et il reste de nombreuses courses à disputer. Au stade actuel, on ne peut donc pas désigner quelqu'un et dire avec certitude qu'il gagnera le championnat du monde. Tant de choses peuvent encore se passer dans le reste de la saison, comme le développement des voitures ou les éventuelles erreurs de pilotage de certains. Le championnat est encore trop ouvert pour désigner un vainqueur.”

Aux yeux d'Hakkinen, l'impact des pneus Pirelli n'est pas réellement important. En effet, il estime que bien que les gommes cette année soient particulièrement mystérieuses, chaque équipe doit faire avec et est face au même challenge.

À sa grande époque, l'un de ses concurrents directs était Michael Schumacher. Aujourd'hui, Mika Hakkinen peut l'observer continuer à se battre et à être compétitif. Mais cela ne lui donne pas l'envie de revenir: “Non, je n'y pense pas. J'ai eu de beaux résultats dans ma carrière, des supers souvenirs de course et ceux-ci seront toujours avec moi. Je sais que je ne serais pas compétitif, parce qu'il faut être physiquement dans de bonnes conditions et motivé pour se battre. J'en ai déjà assez fait.”

En ce week-end de GP à Spa-Francorchamps, il est bien sûr impossible de penser à Mika Hakkinen sans se remémorer son spectaculaire dépassement sur Michael Schumacher. C'était il y a 12 ans, au GP de Belgique, en 2000. Aujourd'hui, des aides au dépassement ont fait leur apparition. Certains pensent que le DRS et le KERS ont pour effet de rendre ces dépassements artificiels, en comparaison à ceux du temps de Mika.

Le Finlandais pense que ces aides peuvent être perçues de 2 façons différentes. D'une part, il estime que, pour utiliser l'expression anglaise bien connue, “The show must go on!” et que le public a droit à voir un spectacle génial. Les dépassements ne seraient pas si nombreux sans le KERS ou le DRS. Donc, dans cette optique, ces développements sont une bonne chose. Mais d'autre part, il dit ne pas savoir comment on ressent le fait de dépasser si facilement lorsqu'on est pilote. Toutefois, d'un point de vue commercial, ces “gadgets” aident au show et sont ont donc un impact globalement positif.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Mika Hakkinen
Équipes McLaren , Mercedes
Type d'article Actualités