Minardi - "400M€ et 1000 personnes pour deux voitures, c'est absurde!"

partages
commentaires
Minardi -
Par : Benjamin Vinel
2 janv. 2016 à 17:10

Dix ans après la vente de la petite Scuderia à Red Bull par Paul Stoddart, Giancarlo Minardi reste un observateur avisé du monde de la Formule 1, et ce dont il est actuellement témoin ne lui plaît pas vraiment.

Giancarlo Minardi, Paul Stoddart, d'anciens pilotes et des membres de l'équipe Minardi célèbrent le 300e Grand Prix de l'écurie
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB11
Fernando Alonso, McLaren MP4-30 en tête-à-queue au départ et évité par Will Stevens, Manor Marussia F1 Team
Giancarlo Minardi
Le vainqueur Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 fête sa victoire avec son équipier Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 et l'équipe
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06 devant son équipier Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06
Le vainqueur Sebastian Vettel, Ferrari et le troisième, Kimi Raikkonen, Ferrari fêtent le résultat avec l'équipe
Will Stevens, Manor F1 Team devant Fernando Alonso, McLaren MP4-30

L'écurie Minardi fut longtemps la petite équipe par excellence, trustant le fond de grille malgré une longévité remarquable et le recrutement de jeunes pilotes prometteurs.

Aussi les propos de certains directeurs d'équipe font-ils sortir Minardi de ses gonds, lui qui est bien placé pour connaître l'importance des petits teams dans la catégorie reine du sport automobile.

"Ça me fait halluciner quand Horner déclare ouvertement que la suprématie de Mercedes doit être contrôlée parce qu'elle réduit l'intérêt pour la F1," s'insurge l'Italien sur le site officiel de Minardi. "Ou quand un Boullier déclare que la F1 n'est que pour ceux qui peuvent se permettre d'y être."

"J'aimerais rappeler à ces dirigeants d'écuries qu'ils ne se sont pas plaints quand Red Bull a dominé pendant quatre ans (Mercedes en est à sa deuxième saison) et que sans les difficultés de la petite équipe Manor, McLaren aurait été dernier."

La F1, un moins bon investissement qu'avant?

Cependant, les maux sont bien plus profonds que cela : malgré des efforts constants pour réduire les coûts, ceux-ci ont flambé en 2014 avec l'arrivée des moteurs turbo hybrides, si bien que les deux plus petites équipes du plateau ont mis la clé sous la porte avant même la fin de cette saison-là, même si Marussia a fait un retour inattendu en tant que Manor.

"Dépenser plus de 400 millions avec une équipe de 1000 personnes pour construire deux voitures, c'est absurde," poursuit Minardi. "Tout comme il est fou de payer 25 millions pour l'unité de puissance. Il y a quelques années seulement, le prix d'un moteur était de 5-6 millions. Aujourd'hui, 20 millions font la différence et c'est difficile de les trouver sur le marché."

"Selon les chiffres, la F1 d'aujourd'hui n'est pas un excellent investissement comme elle l'était dans les années 1990 lorsqu'elle assurait à l'entreprise un retour économique incomparable. Avec des projets clairs et la liberté 'de créer', nous serions capables de trouver des solutions alternatives. De plus, les petites équipes seraient capables de trouver des solutions ingénieuses pour leur voiture," conclut l'Italien.

Prochain article Formule 1
L'affaire du double diffuseur, la leçon de Mosley à McLaren et Ferrari

Article précédent

L'affaire du double diffuseur, la leçon de Mosley à McLaren et Ferrari

Article suivant

La fin du règne de Mercedes obsède Wolff

La fin du règne de Mercedes obsède Wolff

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités