Modes moteur : Mercedes était prêt depuis longtemps

Pas peu fier de la prestation de son équipe en qualifications, Toto Wolff a révélé que Mercedes travaillait d'arrache-pied depuis un moment sur l'interdiction des modes moteur. Et le directeur de l'équipe Championne du monde en attend plus encore en course !

Modes moteur : Mercedes était prêt depuis longtemps

Mercedes a frappé fort en qualifications samedi à Monza, pas tant en s'octroyant une nouvelle fois les deux premières places sur la grille de départ, mais en écrasant la concurrence alors que certains attendaient beaucoup – et sans doute trop – de l'interdiction des modes moteur. Le changement de réglementation décidé par la FIA le mois dernier est entré en vigueur ce week-end pour le Grand Prix d'Italie, mais il n'a pas changé la donne, même si le temple de la vitesse demeure un tracé atypique qui peut fausser en partie la lecture des performances. Toujours est-il que l'écurie allemande n'a pas fait dans la demi-mesure, collant pas moins de huit dixièmes au tour au troisième sur la grille de départ, à savoir Carlos Sainz sur sa McLaren. Le tout sans chercher à prendre l'aspiration des concurrents !

Lire aussi :

Devant une mesure interprétée comme une volonté de freiner la domination de Mercedes, la firme à l'Étoile a donné sa réponse en piste. Et ce n'est peut-être pas terminé, puisque Lewis Hamilton et Valtteri Bottas sont convaincus depuis plusieurs jours déjà que la suppression des différents modes moteur donnera encore plus l'avantage à leur monoplace en course. Dans une écurie où rien n'est laissé au hasard, on avait en fait devancé depuis longtemps ce serrage de vis de la FIA...

"La manière dont nous opérons est faite pour extraire la performance, et être capable de s'adapter, un peu comme une théorie de Darwin, afin de se confronter à chaque situation qui pourrait survenir", explique un Toto Wolff qui n'a pas caché sa jubilation devant la performance de son écurie en qualifications. "Lorsque le lobby contre notre mode qualifs s'est accentué et est devenu très clair, et bien avant que la directive technique ne s'ajoute à la réglementation, nous avons basculé notre développement vers cette situation."

"Aujourd'hui [samedi], nous avons vu pour la première fois à quel point le niveau de performance avait changé entre les équipes, et certaines conclusions sont intéressantes. Je crois que ceux qui ont milité le plus [pour l'interdiction des modes moteurs] sont peut-être ceux qui n'ont pas affiché une performance géniale. Le plus gros avantage sur lequel nous nous sommes concentrés, c'est le temps de course, et ce sera pour demain [dimanche]. Mais on ne fait pas l'éloge du lendemain dès la veille. Nous repoussons les frontières, et nous avons donc vécu un excellent samedi, je suis ravi pour l'équipe. Maintenant, nous devons bien faire ce dimanche."

Toto Wolff, directeur exécutif, Mercedes AMG, fête la pole position de Lewis Hamilton

Dans le clan Mercedes, on est ostensiblement content de son coup, et ce ne sont pas Valtteri Bottas ni Lewis Hamilton qui diront le contraire. En conférence de presse après les qualifications, l'un s'est montré piquant envers Red Bull Racing, l'autre taquin sur toute cette histoire des modes moteur. La réalité, c'est que Mercedes a tout fait pour disposer d'un mode moteur unique qui soit très performant, et la promesse semble tenue. 

"Nous savions que ça allait arriver, et une fois que nous le savions, nous nous sommes dit : 'OK, utilisons cela comme une opportunité'", précise Toto Wolff. "Nous avons une formidable organisation, et la mentalité à Brixworth [le département moteur de Mercedes] était géniale. Ils se sont dit qu'ils allaient trouver un mode costaud pour les qualifications et toute la course. Globalement, nous avons perdu très peu de performance en qualifications, mais nous en avons gagné beaucoup en course. Nous pouvons utiliser le moteur à un niveau bien plus élevé en course. Nous ne pouvons faire cela qu'après avoir énormément cherché et travaillé au banc d'essai. Jusqu'ici tout va bien. Nous allons voir comment ça va se passer lors des prochaines séances."

partages
commentaires
Haas veut garder les mêmes pilotes de 2021 à 2022

Article précédent

Haas veut garder les mêmes pilotes de 2021 à 2022

Article suivant

Fernando Alonso et Renault, le remariage parfait ?

Fernando Alonso et Renault, le remariage parfait ?
Charger les commentaires
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021