Moment de fierté pour Rossi à domicile

Courir en Formule 1 sur son territoire, devant les fans américains : Alexander Rossi l'attendait depuis longtemps, lui qui n'avait pu profiter de cette opportunité en 2012 lorsque le tracé d'Austin avait fait son entrée au championnat du monde

Courir en Formule 1 sur son territoire, devant les fans américains : Alexander Rossi l'attendait depuis longtemps, lui qui n'avait pu profiter de cette opportunité en 2012 lorsque le tracé d'Austin avait fait son entrée au championnat du monde.

Certes, la séance d'Essais Libres 1 a été perturbée par un drapeau rouge de quarante minutes à cause des soucis techniques rencontrés par l'hélicoptère médical, mais Rossi en a tiré le maximum en effectuant 21 tours dans les cinquante minutes qui ont suivi. Il a signé le dix-neuvième chrono, se classant premier des petites équipes.

Il s'agit d'une performance notable, même s'il ne faut pas oublier que Caterham a de nombreux sponsors américains qui doivent apprécier de voir le Californien aussi bien classé, dont General Electric qui finance sa carrière.

Je suis très satisfait de ma séance d'EL1 qui s'est très bien passée, autant pour moi que pour l'équipe”, commente Rossi. “Prendre la piste en étant le premier Américain à participer à une séance lors d'un weekend de Grand Prix sur le Circuit des Amériques, c'était un moment de fierté ; c'est quelque chose dont je me souviendrai toute ma vie, et c'est une récompense pour laquelle je veux remercier l'équipe et tous ceux qui m'ont soutenu pour m'aider à y parvenir”.

Évidemment, c'est un peu dommage que la séance ait été écourtée par les problèmes avec l'hélicoptère”, poursuit le pilote Caterham, “mais l'équipe a travaillé très dur pour s'assurer que nous pourrions quand même faire un bon nombre de tours, et à la fin de la séance, nous n'étions qu'à quelques tours de ce que nous avions prévu”.

Dans la voiture, l'équilibre était très bon dès le début de la séance. Vu que la température de la piste était froide, nous savions que nous aurions des difficultés à faire chauffer nos pneus et c'était vraiment le cas lors des deux premiers relais, mais lors du troisième relais, c'était un peu mieux, à la fois parce que les températures avaient augmenté et grâce à quelques changements de réglages que nous avions faits. J'ai surtout eu des problèmes de sous-virage jusqu'à la fin de la séance, mais je suis sûr qu'avec plus de temps, c'est quelque chose que nous serions parvenus à régler et je pense que mon temps au tour final montre très clairement que ça ne me retenait pas”, conclut le natif d'Auburn, satisfait de s'être montré sept dixièmes plus rapide que Charles Pic.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Alexander Rossi , Charles Pic
Type d'article Actualités