Monaco 2010 - Webber, malgré quatre voitures de sécurité!

En arrivant à Monaco, le championnat 2010 apparaît ouvert avec 4 vainqueurs différents en 5 courses

En arrivant à Monaco, le championnat 2010 apparaît ouvert avec 4 vainqueurs différents en 5 courses. Comme toujours, les qualifications sont primordiales en Principauté, sur un circuit où il est toujours difficile de doubler. Meilleur temps lors des essais libres 1 et 2, Alonso montre les crocs dès le début du week-end avec sa Ferrari.

Malheureusement pour lui, une sortie de piste lors des essais du samedi le condamne à faire l'impasse sur les qualifications : il devra partir des stands avec une bonne stratégie en tête, et avec le rappel du fait que les rails de Monaco ne pardonnent vraiment rien!

Au départ, Vettel déborde instantanément Kubica pour le gain de la deuxième place ; le reste de peloton passe sans encombres. Hülkenberg endommage pourtant son aileron avant et crève lors de frictions avec d'autres voitures. Manquant d'adhérence, il heurte le rail dans le tunnel. La voiture de sécurité entre en piste dès le premier tour. Pendant la neutralisation, Button est victime d'une casse moteur et doit renoncer.

Quelques tours plus tard, la course est relancée. Pas de changements en tête de la course : les Red Bull contrôlent, Massa met la pression sur Kubica. Parti depuis les stands, Alonso débute une inlassable remontée et anime le début de Grand Prix. Il dépasse coup sur coup les deux HRT, les deux Virgin et les deux Lotus. Hamilton initie la première vague d'arrêts au stand au 17ème tour. Grâce à tous les pitstops devant lui, Alonso grimpe au 8ème rang.

Au 31ème tour, Barrichello part en tête-à-queue à l'entrée de Massenet et tape violemment le rail. Comme souvent à Monaco dans ce cas, c’est l’abandon. Indemne mais furieux, le Brésilien jette son volant sur la piste. Pour l'anecdote, une HRT roulera dessus ! C'est la seconde neutralisation de la course. À la reprise, les leaders s'expliquent à distance, à coups de meilleurs tours en course.

Troisième entrée de la voiture de sécurité au 43ème tour. La faute, cette fois, à une plaque d'égoût mal fixée. La course reprend quelques tours plus tard, une fois le problème résolu. Cette fois-ci, c'est tout le top 10 qui s'affronte à coups de chronos. Toutefois, l'ordre ne change pas, l'écart entre les pilotes demeure constant. On indique même à Vettel de surveiller ses freins; le leader Webber et ses poursuivants en profitent pour lever un peu le pied en approchant de la fin de la course.

Le Safety-car sort une ultime fois à trois tours de l'arrivée, lorsque Trulli passe littéralement au-dessus de la HRT de Chandhok ! Un accident impressionnant mais sans gravité. Le Grand Prix est neutralisé jusqu'à l'arrivée. Dans l'ultime virage du circuit monégasque, Schumacher dépasse Alonso pour le gain de la 6ème place. Cette manœuvre sera jugée illégale et le septuple champion du monde allemand se verra pénalisé de 20 secondes à l’arrivée, et relégué à la 12ème place.

Webber remporte donc la course devant son équipier Vettel et Kubica.
L'Australien aura totalement dominé le Grand Prix de Monaco, en menant du début à la fin. Mention spéciale à Alonso, parti des stands et terminant à la 6ème position.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités